Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Dernières Infos

 

       

Prochaine(s) sortie(s) :

A définir

   Date(s) à retenir :

A définir

  

 

Recherche

Pour nous écrire :

Vous êtes le visiteur n°

22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 08:08

  Sache (1

 

Cette fois, je ne suis pas l'instigateur de cette course ! C'est Seb, de Bourg St Maurice, qui après contact sur internet et par téléphone, m'a proposé de me faire découvrir cette partie de la Vanoise.

 

Après l'avoir récupéré à Bourg, nous montons tous les deux en direction de Peisey-Nancroix, et nous stationnons au bout du vallon, devant le refuge-porte de Rosuel.

 

C'est la fin d'après midi et alors que tout le monde redescend, nous nous montons ! Nous montons d'un bon train. A hauteur des chalets de la Plagne, nous nous hydratons et bifurquons en direction du col de la Sachette. Le sentier part plein est. Plus loin, nous le laissons pour monter plein nord (hors sentier) en direction du dôme des Platières.

 

Derrière nous, une jolie vue sur le refuge d'Entre le Lac, dans lequel j'avais dormi avec les amis il y a 5 ans déjà ... le temps passe.

 

C'est sur un replat, vers 2700m, que nous poserons nos duvets. Une partie de la soirée est consacrée à l'édification d'un petit muret sensé nous protéger du vent (je constaterai par la suite que son action n'a pas été 100% efficace !).   

 

IMGP7722   

Nous prenons le repas tranquillement, abrité du vent et face à cette austère face sud des Platières. Le ciel est partiellement couvert, la pluie annoncée n'est pas venue, tant mieux.

 

Comme il ne fait pas très chaud, nous rentrons rapidement dans les duvets. La nuit fût, comment dire ?? fraîche et ventée ! Bref pas trop dormi, et je ne suis pas mécontent de me lever. Le ciel est bien étoilé, et après avoir avalé le petit-déj, rangé les duvets et préparé le matos, nous partons pour cette très très longue (mais nous ne le savons pas encore) course !

 

Nous quittons rapidement le terrain morainique (terre sans consistance, pierriers instables ...), et progressons sur les 1ers névés. Le regel nocturne a été bon et notre progression en est facilitée.

 

Nous parvenons au dôme des Platières (3 473m) vers 08h00. Nous pouvons constater qu'il nous reste encore bien à faire. L'arête entre Platières et la Sache est rapide et le dôme de la Sache (3 601m) est atteint vers 09h20.

 

Sache (1)

Sache (2)

 

Sèb et moi, nous sommes d'accord. Il reste encore une belle traversée jusqu'à la brêche Puiseux et il nous faut renoncer à l'ascension du Mont Pourri !

 

Nous progressons sur le fil de l'arête. Un gros gendarme nous oblige à quelques pas d'escalade (en III). Nous sortons la corde pour quelques manip de sécurité (surtout pour la désescalade).       

 

Sache (3)  Sache (4)

 

Juste après une belle traversée, très expo nous oblige à la plus grande vigilance. Nous progressons corde tendue, en pointes avant et piolet, la couche de neige est peu épaisse et la glace est juste dessous ! La rimaye est juste sous nos pieds attendant notre chute grande ouverte ! 

 

Sache (4)         

Finalement on tente de la traverser sur un pont de neige. Le choix est judicieux et met fin à cette traversée qui nous a fait (un peu) transpirer. On poursuit la descente, on traverse encore des belles crevasses avant que la pente ne se radoucisse. Ce glacier sud de la Gurraz offre de belles vues sur de superbes séracs en équilibre, et de belles crevasses bien ouvertes.

 

Sache (5) Sache (6)

 

Nous prenons pieds sur le glacier nord de la Gurraz et arrivons enfin à la moraine terminale. Nous prenons le temps de ranger tout le matériel (piolet, crampons, baudriers, broches, sangles, dégaines, pieu à neige ...), les sacs s'en trouvent d'autant alourdis.

 

Nous passons devant le refuge Turia puis nous nous séparons. Je file vers Arc 2000, par une très longue sente à flanc de montagne, qui ne fait que monter et descendre. C'est à 17h00, que je parviens à Arc 2000.

 

Je descends à 1600, puis remonte à 1800 grâce à la navette gratuite. Un coup de stop et hop coup de chance, je me retrouve au parking des Lanches.

 

 

 

  : Cette sortie se déroule en terrain glaciaire nécessitant du matériel spécifique (crampons, piolet, baudrier …). Cette course ne répond pas aux prérogatives de l’Accompagnateur en Moyenne Montagne, diplômé d’état. Si vous êtes intéressés par ce type de randonnée, veuillez-vous adresser à un Guide de Haute Montagne seul professionnel habilité à vous y conduire.

 

 

 

Repost 0
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 10:26

  Petit Mont Blanc (53)

 

Après nos deux jours de randonnées dans le massif de Belledonne, l'année passée, cette année Dylan et moi partons pour un périple en limite du Parc National de la Vanoise.

 

Nous réservons notre nuit au refuge des Lacs Merlet. L'objectif du 1er jour est la montée aux lacs Merlet. Nous partons du haut de la station de Courchevel 1650 (Pralin). Nous empruntons la piste de la vallée des avals.

 

Il fait un temps magnifique. Nous croisons quelques randonneurs. Certains montent même en courant jusqu'au refuge de Grand Plan, un balisage indique tous les 500m  (Dynafit Moutain Races) !

 

Pour nous c'est tranquillement que nous montons. Nous ne sommes pas pressés et profitons du grand ciel bleu. Nous faisons une 1ère halte afin de s'hydrater au lieu dit «  le Biol ». Les dents de la Portetta nous surplombent. Cette arête est très découpée.

 

Quelques véhicules 4x4, montent sur les alpages mais cela ne nous importune pas trop. C'est au pied de la montagne de la Grande Val que nous pique-niquons. La vue y est magnifique sur le chemin réalisé et sur le Mont-Blanc en arrière plan.


Petit Mont Blanc (13)

 

A hauteur de la cave, nous prenons le raccourci qui nous mène juste au pied du refuge du Grand Plan. Les marmottes sont de sortie et détallent à chaque arrivée de randonneurs sous les sifflets stridents de leur congénère de garde.

 

Petit Mont Blanc (26)

 

Au refuge, accessible en 4x4 il y a un peu de monde. Nous poursuivons et le sentier devient bien plus raide. Un dernier effort et nous voilà au lac inférieur dominé par le refuge sur sa gauche.

 

Petit Mont Blanc (31)

 

C'est relativement fréquenté, il y a même des pêcheurs. Le lac supérieur est juste au dessus au pied de l'aiguille du fruit, dans un joli cirque. Nous avalons notre pain au chocolat, tout en observant deux chamois arpenter habilement les crêtes tout en haut.

 

De retour au refuge nous nous annonçons à la gardienne. Le refuge est constitué d'une unique pièce : deux rangées de lits d'un côté les tables et bancs de l'autre.

 

Nous avons toute l'après midi devant nous. Lecture, jeux de société, farniente … au programme. Dylan fait la connaissance de Thibault et Yannick, deux jeunes randonneurs belges, qui viennent d'arriver avec leur maman. Les enfants sympathisent très vite.

 

Petit Mont Blanc (30)

 

En fin d'après midi, deux gardes du parc s'arrêtent au refuge pour prendre contact avec la gardienne du refuge. Ils en profitent pour nous expliquer une partie de leurs missions (surveillance, verbalisation, gestion des espaces et espèces …).

 

Ils nous expliquent aussi que le parc propriétaire de ce refuge a du le vendre à la commune, il y a quelques temps, car son entretien était bien trop onéreux (ex : 69 000€ pour les toilettes sèches !).

 

Juste avant le repas les jeunes partent observer les chamois au dessus du lac. L'appétit est au rendez-vous à leur retour : Soupe, Diot/crozets, fromage et crème caramel au menu. Nous discutons un peu avec un couple de sexagénaire britanniques.

 

Vers 22 heures 00, après s'être accordés sur un petit déj à 07h30, tout le monde se couche.

 

La nuit fût très bonne … et silencieuse ! A notre réveil nous avons la désagréable surprise de constater que le beau ciel bleu d'hier, a laissé place aux nuages ! Il commence même à pleuvoir c'est la poisse. Après avoir avaler notre petit déj, nous faisons nos sacs, saluons tout le monde et partons en directement du Petit Mont Blanc.

 

L'objectif est d'abord de rallier le col des Saulces, et d'aviser alors aux vues des conditions météo si l'on poursuit ou pas. La petite bruine est glaçante. Mais la marche nous réchauffe. Il nous faut redescendre tout au pied du vallon avant de remonter en face ! Un gros troupeau de vaches abondances et tarines broutent à côté de la fromagerie.

 

Par moment, on peut progresser sans capuche ! Quel luxe, un 13 juillet ! Finalement, la météo est clémente et c'est au prix d'un dernier effort que Dylan parvient au sommet du Petit Mont Blanc (2680m). Malheureusement, les glaciers de la Vanoise sont masqués par le plafond nuageux excessivement bas !

 

Petit Mont Blanc (52)

 

Nous ne nous attardons pas car c'est venté et il fait assez froid. Nous retrouvons le col des Saulces et partons plein nord en direction de la Portetta avec l'espoir de voir un peu de faune.

 

A part quelques marmottes, et quelques chocards nous ne verrons aucun autre animal ! Par contre la flore est abondante et colorée en cette période. C'est un superbe spectacle.

 

Nous voyons quelques randonneurs monter dans le raidillon de la Portetta, et croisons plus bas une famille qui monte vers le col de la Grande Pierre. Pour nous se sera pause, dans l'herbe bien épaisse au dessus du Biol. Puis retour par la piste de la vallée des Avals.

 

Bilan :J'avais initialement envisagé le tour de l'aiguille du fruit depuis Méribel, en deux jours mais cela représenté 1000m+ chaque jour. Peut-être trop pour Dylan ? Ce circuit totalise quand même 21.3 kms (9.3+12), et 1521m+ (851+670) sur les deux jours.

 

Concernant le choix du refuge :s'agissant du même prix (40€ la ½ pension adulte, 35€ enfant), celui des Lacs offre une ambiance plus intimiste, et une belle vue sur le lac, celui du Grand Plan offre une belle vue sur les glaciers de la Vanoise …. et une douche chaude !

Repost 0

Accueil