Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Dernières Infos

 

       

Prochaine(s) sortie(s) :

A définir

   Date(s) à retenir :

A définir

  

 

Recherche

Pour nous écrire :

Vous êtes le visiteur n°

24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 12:48

Le 18 avril 2008, notre dernière randonnée. Les prévisions météo sont contradictoires, et nous ne savons pas si il va faire beau ou non !!! 

Nous montons au Perthus, et avant le village prenons la route en direction du « Puig Neulos ».  

Nous nous stationnons deux lacets sous le sommet, à la barrière forestière.  

Nous sommes surpris par un vent glacial, à l’ouverture des portes de la voiture. Dès le début il nous faut mettre la Gore-Tex, le bonnet et les gants. Ca en refroidit plus d’un !!!

 

Motivés, nous nous empruntons la route. Arrivés sur la crête, à cause du brouillard, de la volonté de voir au-delà de la crête, nous nous engageons sur l’alpage côté espagnol et perdons le marquage GR. Nous suivons le marquage jaune, qui nous permet de découvrir le puit de glace de Neulos. Superbe ouvrage conservé, avec un panneau explicatif sur l’utilisation de ce patrimoine.

 

 

A la sortie le sentier plonge un peu et nous préférons faire le point au GPS et à la carte pour retrouver le GR de l’autre côté de la crête. Les conditions sont très difficiles. Il y a un vent extrêmement violent et un brouillard épais. Nous faisons attention de ne pas nous perdre les uns et les autres, et de ne pas manquer les marquages du GR que nous venons de retrouver.  

Nous arrivons au refuge du CAF de la Tanyareda. Il s’agit en fait d’une cabane, non gardée. Les nombreuses bouteilles présentes témoignent de belles virées !! Nous y trouvons un peu refuge le temps de prendre quelques fruits secs.

 


Dehors le vent souffle toujours autant. Il nous faut repartir. Le sentier suit la crête franco-espagnole et il y a peu de végétation pour s’abriter. Nous croisons quelques bovins qui tentent eux aussi de trouver protection dans la végétation. Difficile de suivre l’itinéraire sur la carte. Il y a pourtant des bornes et croix frontières indiquées sur la carte, mais impossible de les voir sur le terrain. Le GPS est bien utile.  

 

Par moment on a même du mal à savoir si on monte ou si on descend !!! Vers le « Pic des 4 termes », on suit l’arête qui descend vers l’ouest, puis nord-ouest.  

Au point côté 827, on trouve la sente qui nous conduit directement aux « Barraques (c’est écrit avec deux « r » sur la carte !!!) de Les Colomates ».

 

 

 

Le refuge est sommaire, pas très propre, mais bien isolé de la pluie et du vent. Il y a même une cheminée où Fred s’empresse, avec succès, d’allumer un joli feu avec le bois, pourtant humide de dehors.

 

 

 

Comme dit Pierrette, on savoure un grand moment dans cette cabane. Dehors, le sifflement des bourrasques de vents, le craquement des arbres et branches qui se tordent et se plient, renforcent cette sérénité qui règne dans notre petite cabane. Les flammes illuminent la pièce et la chaleur de l’âtre réchauffe l’atmosphère. 

Nous sortons le vin chaud, le pique-nique, le café, et même le génépi. Dehors le ciel se dégage par moment laissant entrevoir la beauté du site (nous sommes dans la « Réserve Naturelle de la Forêt de Massane »).  

On fait le point un peu sur l’itinéraire de retour. Il convient de ne pas se perdre. Nous décidons de revenir sous les « Quatre Termes » et de descendre récupérer la route forestière dessous à hauteur du « Col des trois hêtres ».  

Après une bonne heure passée dans cette cabane, nous nous rééquipons et repartons affronter les éléments. Sur la crête, le ciel clément nous octroie une courte vue sur la côte, et sur la « Tour Massane », toute proche sur son mamelon.  

 

Nous retrouvons assez facilement la piste forestière. Elle serpente et nous parait interminable. L’avantage c’est que nous sommes quand même un peu plus abrités du vent. 

 

La route forestière rattrape le GR, à hauteur  du « Coll de l’estaca ». Nous poursuivons et à hauteur de « Tanyareda » (après pas mal de doutes et d’interrogations, vue le temps passé sur cette piste) nous reprenons le GR pour finir avec l’ascension du « Puig de Neulos ».  

Les bourrasques manquent de nous faire tomber presque à chaque pas. C’est énorme !!! Nous parvenons enfin aux pieds des nombreux antennes et relais. Nous pensions finir en beauté… et ce fut le cas. La grêle, puis la pluie s’abattent sur nous. En quelques minutes nous avons le pantalon tremper jusqu’aux os. Le vent qui continue de souffler nous glace.  

Mais la voiture est déjà en vue, mettant un terme à cette belle randonnée. 

Bilan :  --- Environ 550mètres de dénivelé positif. Mais très long environ 25 kms.

             --- La vue est splendide par temps dégagé !!!

Repost 0
24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 10:23

 

Ce 17 avril 2008, la météo prévoit un temps pluvieux. Nous décidons de faire une balade dans le parc naturel du « Cap Creus ». En bordure de mer méditerranée, nous espérons trouver un peu moins de pluie.


Nous stationnons le véhicule sur la commune de Roses, lieu Almadrava. C’est ici que débute le chemin de ronde qui court sur une étroite sente en bordure de mer.
 

Le sentier est bien tracé et permet de vite quitter l'urbanisation de Roses et nous plomger dans la nature.

La végétation arbustive est fleurie et odorante (romarin, thym…). Nous arrivons rapidement à la pointe de Falconera (du nom des faucons qui y nichaient il y a quelques années. Au dessus des baraquements, des énormes bunkers …. Le site était occupé par l’armée jusqu’au début des années 90.

Nous poursuivons le long de cette côte très découpée. Des bateaux viennent mouiller dans ces belles criques. Des mouettes tournoient dans le ciel de plus en plus sombre.

Au loin, nous pouvons voir le cap « Norfeu » et sa tour de guet (partiellement démolie). 

Le mauvais temps arrive. On rattrape l’unique route qui mène à « Cala Monjoi ».

 

On parvient à un petit col. Et il nous faut vite s’abrtier. Il y a bien une cabane à droite, mais elle est bien trop sale pour pouvoir y manger. Nous trouvons refuge dans un bunker, une salle d’artillerie ??? Bref, c’est abri partiellement détruit, nous protége du vent et de la pluie. Nous avons même une vue sur la mer. Sympa. 

Pour repartir nous galérons un peu (sur 20 mètres), à travers les épineux pour rejoindre la piste forestière qui nous ramène sur le véhicule. On passe à côté du camp militaire abandonné aux allures de centre de vacances, sous les pins parasols.  

En tout cas, les ponchos ont faire leur effet : sec en haut et tremper sous les genoux !!! 

Bilan :  --- C’était une belle petite randonnée à préconiser par beau temps, sans difficulté, sans danger, elle peut être faite avec des enfants.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0

Accueil