Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dernières Infos

 

       

Prochaine sortie :

A définir

   Date(s) à retenir :

A définir

 

 

 

  

 

 

Recherche

Pour nous écrire :

Vous êtes le visiteur n°

15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 13:24

   La Pourrachière (42)

     

Déjà notre 5ième jour. Le temps passe ! Nous partons découvrir les alpages à moutons. Nous remontons péniblement (mais en voiture) la longue piste jusqu'au parking de la Rouanne Haute.

 

Il fait très frais ce matin. Le ciel s'est bien dégagé durant la nuit. La pluie est passée, et c'est la gelée nocturne qui l'a remplacée.

 

Nous traversons la passerelle, blanche de givre et montons tranquillement d'abord en sous-bois avant de sortir sur l'alpage. Au fur et à mesure que nous prenons de l'altitude, les paysages se découvrent : petite et grande Autane, la Coupa, le Piolit …

 

La Pourrachière (13)     

Un berger et ses deux chiens surveillent un joli troupeau de moutons. Un plus loin, un vautour plane au dessus des rochers de la Chabane. Nous pouvons l'observer un peu mieux alors qu'il est posé sur un rocher.

 

La Pourrachière (17)       

Après avoir observé des marmottes, nous parvenons au col de la Pourrachière (point culminant de notre semaine). C'est ici que nous mangerons. C'est un peu venté et le fond de l'air est frais mais encore une fois la vue y est superbe.

 

Après cette pause il ne nous reste plus qu'à redescendre. Une autre cabane pastorale, et des moutons qui profitent de l'ombre de celle-ci. Au loin, les hauts sommets du Dévoluy ont blanchi durant la nuit.

 

Plus bas, le groupe se scinde en deux. Les conducteurs vers le parking et les autres vers Ancelle.

 

Un peu plus bas, c'est l'accident ! Bernard chute alors qu'il est au bord de la large piste. Marie-Rose voulant lui porter assistance, emportée par son élan et le poids de Bernard, bascule à son tour. Nous les regardons incrédules débarouler dans le ravin. La chute nous semble interminable.

 

Le bilan aurait pu être bien plus grave mais Marie-Rose est quand même bien touchée. Deux belles bosses au front, des dermabrasions sous la pommette gauche, le nez …. Bernard est moins marqué.

 

On remonte tout le monde, après avoir récupéré les sacs, montre, lunettes … Après avoir passé un rapide bilan (rien de casser, pas de perte de connaissance ...), appliqué de l'arnica en gel, et s'être remis de nos émotions nous reprenons doucement la descente.

 

Je ne suis pas mécontent de retrouver les véhicules. Direction le médecin de garde à Pont du Fossé. Bilan, une bonne surveillance durant la nuit à venir, et arnica sous toutes ces formes pour Marie-Rose.

 

Ainsi s'achève cette randonnée. L'accident nous a tous refroidi et rappelle qu'une chute est vite arrivée ! La montagne est un milieu à risques, il faut l'accepter.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Accueil