Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dernières Infos

 

       

Prochaine sortie :

A définir

   Date(s) à retenir :

A définir

 

 

 

  

 

 

Recherche

Pour nous écrire :

Vous êtes le visiteur n°

26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 13:28

 


La météo très incertaine, capricieuse, me fait choisir au dernier moment notre destination pour ces deux jours de randonnée prévus de longue date. Cette fois, c'est vers le sud, dans les Hautes Alpes que nous allons à la découverte d'une infime partie du Parc National des Ecrins.
 

Je suis accompagné de Jean-Claude, Pierrette et Séb. Après avoir traversé la plaine du Champsaur, nous entrons dans la vallée de Champoléon, pour nous stationner au hameau des fermons, point de départ notre escapade.
 

Comme toujours aux grandes entrées des parcs nationaux, réserves naturelles, espaces naturels sensibles ... une signalétique est présente. Elle permet à chacun de connaître la réglementation à venir et présente le territoire.
 

Il fait une chaleur harassante en ce milieu d'après midi. Nous n'avons pas trop l'habitude de partir dans ces heures là. Le chemin longe la rive gauche du torrent du Tourond. Les mélèzes nous procurent une ombre bien agréable. Le cirque du Tourond s'ouvre petit à petit à nous.
 
La cascade de la pisse fait également son apparition. Juste sous le refuge nous traversons un troupeau de moutons surveillé un peu plus haut par la bergère et 3 boarder collie.
 

Nous nous installons rapidement au refuge, et partons vers la cascade de la pisse. Une sente à niveau permet de voir cette belle chute d'eau et les résurgences voisines.


 


L'alpage est rempli de fleurs plus belles les unes que les autres. Une marmotte posée sur un gros bloc rocheux prend le soleil. Un décor de carte postale.
 

De retour au refuge, nous installons à une table pour nous désaltérer face à la cascade. Il n'y a pas beaucoup de monde. Et avant le repas nous avons le droit à une bonne douche chaude. Le repas est excellent. C'est vers 21 h 30, il fait encore bon dehors, la nuit n'est pas encore là mais il nous faut nous coucher demain la journée sera longue !
 

05h30. C'est le réveil. Il fait déjà jour. Après le petit déjeuner avalé, les sacs préparés, nous décollons vers 06h30. Nous partons plein nord en longeant les limites du parc. Puis un petit panneau nous indique que nous entrons dans le parc national.
 

Nous arrivons rapidement à la bergerie (jas des pierres) où quelques linges sont étendus dehors. La sente est peu empruntée et donc il faut être vigilant et ne pas suivre une draille à moutons.
 

Plus loin nous laissons la sente qui part sur la résurgence pour monter le long du torrent de mal cros. Des bouquetins apparaissent au loin sur les crêtes ensoleillées.



Vers 2500m, sur un grand replat, nous faisons une bonne halte. Les méandres des eaux de l'ancien lac glaciaire de Mal Cros embellissent ce petit plateau.


 

Nous prenons un café, un thé, quelques fruits secs, des gâteaux. Nous sommes à mi-chemin. Au dessus de nous un dernier crapahut pour accéder au col de Riou Beyrou (2695m). Nous sortons après un dernier névé sur le canal de Mal Cros et la cabane des parisiens.



Le soleil se cache de plus en plus derrière les nuages et les brumes qui montent de la vallée. Nous ne nous attardons pas.
 

A partir de là, il faut « louvoyer », chercher la trace, trouver « sa » trace entre les derniers névés, dans la pierraille, au milieu des fleurs toujours présentes.


L'effort se poursuit, le Vieux Chaillol se mérite. Il se cache et quand on en voit le sommet, il se dérobe. Mais après plus de 04 heures nous y sommes. Des drapeaux de prières flottent à sa cime.

 


Malheureusement la vue est quelque peu gâchée par la couverture nuageuse au nord et à l'est. Par contre la plaine du Champsaur et les contreforts du Dévoluy sont bien visibles.
 

Comme toujours c'est avec regrets que nous quittons le sommet. La descente est assez rapide et donne lieu à de belles glissades sur les névés.


Juste avant la cabane des parisiens, au détour d'un surplomb nous apercevons une étagne. Et en contournant la paroi, nous pouvons plus facilement observer deux étagnes et deux petits. Peu craintifs les animaux se laissent photographier.


 


C'est à la cabane des parisiens que nous nous posons pour manger. Les rayons du soleil chauffent l'atmosphère. Et cette belle cabane bien restaurée, nous donne envie de nous flâner.
 

La descente par le col de Côte Longue (2679m) est beaucoup plus minérale.


Le sentier n'est pas très stable et rapidement nous optons pour le versant de la montée. Nous traversons le torrent de Côte Longue, pour sortir à la résurgence. Nous rattrapons alors la petite sente. 

Une dernière halte, au bar du refuge et après trois petits ¼ heure nous sommes aux fermons.

 

Bilan : C'est toujours un plus de randonner dans un espace protégé. Le PN des Ecrins a tenu ses promesses. La flore, la faune, les paysages ... magnifiques. 

Néanmoins le Vieux Chaillol est une course a réservé aux personnes entrainées, car l'effort est soutenu pour venir à bout de ses 3167m. La randonnée hors sentier est également à réserver aux personnes qui savent s'orienter à la carte. Le mauvais temps arrive vite en montagne et une erreur d'orientation peut avoir des conséquences tragiques.  Les appareils GPS ne sont d'aucune utilité quand ils ne peuvent recevoir la liaison satellite !!
  

 

Le canal de Mal Cros : C'est de la base de l'ancien glacier de Mal Cros que des hommes ont creusé un long canal (3160m) pour acheminer l'eau via le col de la Pisse, dans la plaine du Champsaur souvent asséchée au milieu du 19ème siècle. Après 3 ans de travail acharné, de forçats (au froid et gel l'hiver, sous la canicule l'été), le canal avait vu le jour. Mais les conditions géologiques, météorologiques ... ont eu raison de cet ouvrage.

 

Le refuge du Tourond : Grand confort et très bel accueil. L'hébergement est de grande qualité (douches chaudes, aménagement des chambres (literie, couette)... La restauration est à tomber par terre. Un grand bravo au cuisinier pour ses spécialités : « oreilles d'âne », et tartes maison.

Merci à Stéphane Chevalier le gardien et son équipe pour son accueil et la qualité des prestations offertes.

http://www.refugedutourond.com/

Partager cet article
Repost0

Accueil