Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dernières Infos

 

       

Prochaine sortie :

A définir

   Date(s) à retenir :

Du 08 au 15 avril

Séjour à Cervières (05)

 

 

 

  

 

 

Recherche

Pour nous écrire :

Vous êtes le visiteur n°

9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 18:26

Archiane (2)

 

Une éternité que je n'étais pas parti randonner seul. Le temps est annoncé clément entre les perturbations qui se succèdent depuis plus d'une semaine et qui nous arrosent copieusement. L'occasion n'est pas à rater. 

 

Je décide d'aller me dégourdir les jambes du côté d'Archiane, le sud du massif du Vercors. Tout a été écrit ou presque sur le cirque au cœur duquel se trouve le hameau. Pas bien compliqué d'aller y randonner.

 

Aujourd'hui, j'ai deux objectifs : me mettre un peu dans le rouge dans le dénivelé et accessoirement observer des bouquetins.

 

J'adore ces animaux. Contrairement au chamois qui part en courant au 1erbruit, au 1ermouvement, le bouquetin se laisse facilement approcher (c'est bien ce qui a failli être à l'origine de l'extinction de l'espèce !).

 

Dans ce secteur, des ré-introductions ont été opérées en 1989 (16 individus), et 1990 (12 individus). Ces animaux capturés en Vanoise, se sont vite accoutumés à leur nouvel environnement et depuis la colonie s'est agrandie.

 

La route entre la Menée et Archiane est bordée de buis qui ont été taillés de différentes formes. Je me stationne sur le parking désert à l'entrée du hameau.

 

Il n'y a personne dans le hameau ou presque. Un ancien sort avec son chien de la buvette du hameau. Il semble surpris de ma présence. Quelques cheminées trahissent une présence humaine.

 

Il fait frais au petit matin. Les 1ersrayons du soleil ne réchauffent, pour l'instant que les crêtes qui nous dominent.

 

Le sentier traverse les derniers champs encore entretenus. Plus loin, les champs s'enfrichent faute de pâtures. Le sentier est assez raide. Il est jonché de buis jusqu'au pied de la falaise.

 

Puis là où la combe est la plus étroite, on pénètre dans la réserve des hauts plateaux, les épicéas sont bien présents. Un petit courant d'air frais circule et j'imagine que l'hiver cet endroit doit être glacial.

 

Arrivé au carrefour des 4 chemins, je prends encore un peu de hauteur. Je suis maintenant au soleil, et j'ai bien chaud.

 

Sorti sur le plateau je mets en fuite un chamois. Mais un peu à l'écart, en limite de la vire, je vois apparaître les cornes tant convoitées. Mon cœur s'emballe un peu, je m'approche doucement.

 

IMGP6670

 

Un 1ermâle, allongé m'a déjà repéré mais ne semble pas dérangé. Je poursuis. 2, 3, 4, 5 ! Ce sont 5 mâles à 20m de moi. Je les prends en photo.

 

IMGP6671

 

Au bout de quelques minutes, l'un d'eux humecte l'air. Bizarre, ils m'ont pourtant vu. Tout à coup, un autre bouquetin arrive d'une vire supérieure. Il produit un bruit qui se rapproche de celui d'une marmotte mais plus grave. C'est son odeur qui avait été repérée !

 

Ce n'est pas encore le rut, mais les mâles se frottent les cornes et tentent d'assoir leur hiérarchie.

 

 

 

Déjà une petite ½ heure, que je les observe. Avec le soleil dans le dos, je n'ai pas vu le temps passé et je n'ai vraiment pas envie de redescendre.

 

Archiane (20)

 

Sur le retour, je fais un crochet pour voir « la petite cascade ». Rien d'extraordinaire (à mon sens), une sente permet de retrouver le sentier à travers les champs.

 

Cette randonnée m'a donné l'envie de revenir. Après lecture de carte, je tenterai bien un passage (si il existe) pour rejoindre la tête du petit jardin ... tout un programme !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Accueil