Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dernières Infos

 

       

Prochaine sortie :

A définir

   Date(s) à retenir :

Du 08 au 15 avril

Séjour à Cervières (05)

 

 

 

  

 

 

Recherche

Pour nous écrire :

Vous êtes le visiteur n°

6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 13:55

  4675509446 c426d47504

 

L'année dernière nous étions allés deux jours dans le Champsaur, mais cette année nous allons dans la vallée voisine du Valgaudemar. Après nombreuses études de carte, quelques coups de téléphone aux gardiens de refuge, à la recherche du parcours parfait, j'opte pour le secteur de Vallonpierre au pied du majestueux Sirac.

 

Nous traversons toute la vallée creusée par la Séveraisse, les 1ers villages du Valgodemar (avec un « O ») puis la Chapelle en Valgaudemar (« Au », curiosité orthographique), avant de se garer sous le chalet-hôtel du Gioberney.

 

Du parking, un dernier regard vers les alpages, puis les 1ères pentes : raquettes ou pas ? Encore ce dilemme, les sacs sont déjà très lourds (autonomes pour 2 jours) et si on pouvait les oublier ces raquettes ! La prise de décision ne se fait pas qu'avec ce que l'on voit mais aussi à partir des renseignements recueillis auprès des gardiens (merci à eux). Je décide d'alourdir les sacs d'une paire de raquettes chacun !!!

 

C'est parti. Nous entrons dans le Parc National des Ecrins, dès le départ après une petite passerelle qui enjambe le torrent du Gioberney.

 

Ensuite le joli sentier du ministre (c'est son nom) qui nous permet de pénétrer doucement dans le vallon. Les paysages s'ouvrent au fur et à mesure de nos enjambées. La flore est en pleine explosion : orchis sureau, gentianes, asphodèles, soldanelles …

 

Nous croisons notre 1er et dernier randonneur, alors que nous laissions le sentier pour le refuge du Chabournéou sur la gauche pour suivre celui de Vallonpierre à droite.

 

Nous regardons d'un œil circonspect les nombreux « S » qui serpent la pente qui s'est d'un seul coup sacrément relevée ! C'est sur le chemin que nous allégeons nos sacs du repas du midi. Le soleil se voile très légèrement (c'est conforme aux prévisions). Il reste 250 m à faire, on a le temps mais je préfère ne pas trainer (il faut parfois aérer un bon bout de temps les refuges pour chasser l'humidité).

 

A peine repartis, et nous refaisons une pause cette fois pour chausser les raquettes altitude 2050 m ! A partir de là, nous ne suivons plus le chemin (que l'on ne voit plus) mais je fais une trace la plus douce et régulière possible. Un chamois nous observe depuis un sangle bien déneigé. De son belvédère il ne nous craint pas.

 

4674882545 1cccedc329

 

Après avoir contourné plusieurs mamelons, le refuge (d'abord le nouveau) apparaît enfin. On passe devant l'ancien (fermé). À la porte du nouveau refuge, on trouve une affiche expliquant qu'il faut prendre l'échelle métallique située à l'arrière pour accéder à l'intérieur.

 

Nous sommes curieux. On ouvre le volet et on découvre à l'étage deux dortoirs ouverts, puis au rez de chaussée la salle à manger et une petite cuisine (celle hors sac). On ouvre tout pour aérer et on s'installe.

 

C'est royal. Rien à redire, pour 6€ la nuitée par personne à déposer dans le tronc, c'est le top. Pour cette fin d'après midi, au programme gouter, lecture, déballage des sacs à dos (demain on partira "allégés)", préparation des lits, des repas … finalement cela passe vite. On décide de faire le repas dans le dortoir en haut pour garder de la chaleur (il fait 13° à l'intérieur malgré le soleil qui tape fort à travers les fenêtres). On s'en dort pleins de sérénité et d'idées de rando dans la tête.

 

Après une bonne nuit de sommeil, on se lève vers 07h00, et on décolle 50 minutes plus tard.

 

IMGP3202

 

Jusqu'au dernier moment j'hésite entre le col des Chevrettes et celui de Vallonpierre. Et puis finalement dans la confusion on s'oriente (sans m'en rendre compte !) vers le col du Roundéou (entre les deux !) !!

 

Quelques marmottes nous observent un peu, avant de courir se réfugier dans leur terrier encore sous la neige.

 

4674898503 a0201730b4 

Il y a de la pente et la neige est déjà très soupe. La partie finale est pentue, il faut être prudent pour éviter de se retrouver en bas trop rapidement. Quelques coulées témoignent d'une certaine instabilité du manteau. Des trous et failles énormes permettent de juger de la quantité de neige encore présente. On arrive néanmoins au col … du Roundéou 2665m.

 

 Col du Roundéou

 

Superbe vue sur le Vieux Chaillol, et les sommets alentours, plus loin sur la station de St Léger les Mélèzes, le vallon de Combeau … 2 chamois partent en courant dans la combe à notre vue.

 

Séb et moi partons gravir la petite crête jusqu'au 1er sommet 2758m. Cette arête donne une ambiance encore plus alpine. On enlève les raquettes car sur la neige c'est trop glissant et on privilégie le rocher. Il ne faut pas hésiter à mettre les mains. En haut on ne s'attarde pas trop et on repart tout de suite.

 

4674908621 d1a146c4db

 P1050572

 

On retrouve Jean-Claude et Pierrette qui nous attendent au col. A la descente, on reprend nos traces mais le manteau a encore évolué sous l'effet du soleil qui tape déjà fort à 09 h 30. malgré nos raquettes les pieds glissent. Et c'est Jean-Claude qui le 1er déclenche une coulée de surface dans laquelle il prend place. Nous le suivons des yeux mais il n'y a que les 10 premiers cm qui sont partis avec lui. Il s'est légèrement brulé le coude dans l'affaire ! Nous le rejoignons tant bien que mal car nous aussi on déclenche !

 

P1050576 

Et c'est tous regroupés que nous regardons nos traces, une dernière fois. Nous rejoignons le refuge où un randonneur est arrivé entre temps. Nous refaisons nos sacs (on s'était quand même un peu étaler dans le dortoir), et avant de repartir nous prenons un café, tisanes et gâteaux.

 

Nous longeons le lac encore recouvert de neige, et découvrons quelques batraciens en pleine saison des amours. Les blocs rochers emmagasinent la chaleur et il n'y a plus de neige et de glace autour ce qui explique la présence de tous ces batraciens.

 

P1050601

On garde les raquettes au maximum. On les remet sur le sac au niveau des « S ». C'est magnifique tous cette eau qui ruisselle à travers les aulnes, l'alpage.

 

P1050613

Je décide de ne pas emprunter le sentier du ministre mais de prendre le GR54. C'est non loin de la cabane du berger que nous prenons notre dernier repas.

 

4674931977 94fd8f00b0

 

Ensuite, après deux passerelles nous retrouvons le sentier du ministre puis la voiture fin de ces deux jours.

 

4675561184 0c90c17691

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Accueil