Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dernières Infos

 

       

Prochaine sortie :

A définir

   Date(s) à retenir :

A définir

 

 

 

  

 

 

Recherche

Pour nous écrire :

Vous êtes le visiteur n°

10 novembre 2021 3 10 /11 /novembre /2021 21:42
Val d'Escreins

Le Petit Canada Varsinc, une pépite à découvrir.

Voici une site qui mérite le détour, et qui donne accès à tout un éventail de randonnées, de découvertes et d'histoire.

Présentation générale du Val d'Escreins

Le Val d'Escreins est une réserve naturelle communale (une des premières réserves municipales de France), accessible depuis la Route du Col de Vars par une petite route pittoresque en corniche qui vaut le détour ! A partir du Pont de Vars (1601m), vous entrez dans une zone de nature qui s'élève jusqu'au Pic de Font Sancte (3385m), avec une vallée assez large, mêlant nature et un sentiment haute-montagne (Font Sancte enneigée) : bref, un sentiment d'immensité, de dépaysement, qui explique son petit surnom de "petit canada varsinc".

Le Val d'Escreins se compose en réalité de deux vallées qui partent du parking :

  • A droite le vallon Laugier (qui mène au Col de Serenne) parcouru par le torrent de Laugier,

  • A gauche le vallon de la Selette (qui mène au Col des Houerts/Pointe d'Escreins) traversé par le Rif Bel.

 

Val d'Escreins
Val d'Escreins
Val d'Escreins
Val d'Escreins
Val d'Escreins
Val d'Escreins

La petite histoire du Val d'Escreins

La Commune de Vars se décompose de plusieurs hameaux (Vars Saint-Marcellin, Vars les Claux, Vars Sainte-Catherine), mais aussi de hameaux abandonnés (plus de vie à l'année), dont les hameaux du village du Val d'Escreins (Basse Rua/ Haute-Rua/ les Pouents).

L’existence des hameaux de Basse Rua, et Haute-Rua est ancienne et est attestée par des écrits du Moyen-Age (1295), la paroisse de Saint-Jean-Baptiste est citée en 1432 (soulignant la présence d'une large communauté). Ces hameaux servaient d'habitat pour les forestiers et berges. Les terres étaient favorables à la culture céréalière, et à l'élevage. Comme dans le Queyras, le Val d'Escreins n'était à cette époque occupé que l'été. Chaque année de sécheresse, une procession était organisée à la source de la Font Sancte, source trouvée miraculeusement par une bergère.

Les maisons étaient construites à l'aide de matériaux disponibles sur site :

  • bois de mélèze pour le bardage (chaume jusqu'à la fin du 19ième, qui fut abandonnée pour limiter risque propagation d'incendies), la charpente, le toit, les balcons et linteaux de fenêtre

  • roches calcaire pour fabriquer de la chaux (2 fours à chaud sont encore visible au Passe - Riche gauche du Rif Bel),

  • pierres/roches/galets du Rif Bel pour les murs

1565 : construction d'un moulin à l'entrée de la vallée (ruines)
1710 : 9 familles y vivent à l'année
1843 les hameaux du Val d'Escreins comptaient 90 habitants, un curé à demeure est nommé
1857 : graves inondations qui détruisent une partie du village
1864 : reconstruction de l'Eglise Saint Jean-Baptiste à son emplacement actuel
1867 : les ruines de l'ancienne Eglise, situé à Haute-Rua sont déblayées et servent à agrandir le cimentière
1880 : la commune de Vars décide de construire la Route
1902 seulement 3 familles y habitent à l'année
1906 Escreins n'a plus d'habitants permanents et devient un village estival
1916 : en Août 1916, le village de Basse Rua (ou village d'Escreins) est victime d'un incendie accidentel, dont l'origine a été inexpliquée (plusieurs légendes à ce sujet, dont celle d'"un colporteur éconduit". Les familles se réfugient alors sur les autres villages de Vars, Ste Marie, St Marcellin et Sainte Catherine, ainsi qu'à Guillestre. Nous sommes en pleine deuxième guerre mondiale, les hommes sont au front. Le Val d'Escreins, qui comprenait plusieurs hameaux (Escreins, Haute et Basse Rua, les Pouents) est alors abandonné. Il ne reste que quelques ruines, dont la chapelle
1982 : rénovation Chapelle Saint Jean-Baptiste 

Aujourd'hui, ces hameaux et plus globalement la Val d'Escreins servent l'économie touristique, quelques troupeaux y pâturent également en estive et le Refuge de Basse Rua n'est ouvert que pour la saison d'été. La Fête de Basse Rua est la Saint Jean-Baptiste (24 juin)
Une rénovation des ruines est programmée sur les 3 années qui viennent, la volonté de la commune étant de faire revivre cette pépite.

La création de la réserve communale naturelle du Val d'Escreins

En 1964 a commune crée la réserve du val d'Escreins (25km2 au pied de la Font Sancte, 1/3 du territoire de la commune, parcouru par le Rif Bel), afin de protéger son patrimoine naturel de tout urbanisme intensif. Cette réserve était intégrée au Parc Naturel Régional du Queyras de sa création en 1977 jusqu'en 2010, où la commune décida de quitter le PNR du Queyras (la commune exigeait notamment dans la nouvelle Charte que l'entretien de la  route du Val d'Escreins soit financé sur budget du Parc).

Sa beauté fait qu'il est communément appelé « le Petit Canada Varsinc ».

Le 16 mai 2019, par décret ministériel, suite à la demande le Commune, du Parc et de la Région, le Val d'Escreins réintègre officiellement le Parc Naturel Régional du Queyras.

(Source : https://www.envie-de-queyras.com/guide/val-escreins-vars)

Val d'Escreins
Val d'Escreins
Val d'Escreins
Val d'Escreins
Val d'Escreins
Val d'Escreins
Val d'Escreins
Val d'Escreins
Val d'Escreins
Val d'Escreins
Val d'Escreins
Val d'Escreins
Val d'Escreins
Val d'Escreins
Val d'Escreins
Val d'Escreins
Val d'Escreins
Val d'Escreins
Partager cet article
Repost0
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 19:15
Furfande (refuge et alpage)

Comme toutes les bonnes choses ont une fin, notre semaine de randonnées aussi se termine ! Je propose une dernière randonnée au départ du hameau « les Escoyères ».

Ce petit hameau, que j'avais observé depuis le Queyron avant hier, est accessible en voiture par une petite route aux multiples lacets (31 vous pouvez vous amuser à vérifier). Très étroite, vous vous demandez en permanence ce que vous allez faire si un véhicule arrive en sens inverse !

En fait c'est trois hameaux, les Esponces d'abord, puis les Escoyères, et enfin le Châtelard, qui se succèdent sur ce plateau. Pas moins de trois chapelles, un oratoire …. ici, comme ailleurs, les hommes demandent la protection divine contre les rigueurs de l'hiver, les avalanches, la foudre, les mauvaises récoltes, la maladie qui frappe les bêtes ...

C'est le plus ancien centre de peuplement du Queyras, situé sur la route entre la Durance (le Gros d'Eygliers) et Arvieux.

Le but du jour est de découvrir le bel alpage de Furfande.

Furfande (refuge et alpage)
Furfande (refuge et alpage)

Le sentier monte progressivement à travers le sous bois. Une première intersection avec un sentier provenant du Queyron, puis un deuxième. Nous remontons la combe de la Lauze. Des ouvrages ont été aménagés sur le sentier pour lutter contre les effets du ravinement.

Furfande (refuge et alpage)
Furfande (refuge et alpage)

Nous parvenons rapidement sous le col de la Lauze, le sentier pour le refuge part à droite, nous partons à gauche en courbe de niveau. Le sentier en balcon offre de belle vue sur le Guil avant que les premiers chalets de Furfande apparaissent.

Un chevreuil part à notre vue, plus bas se sont deux grosses hardes de mouflons qui courent au milieu des chalets. Après avoir fait le point sur la carte, je décide de remonter dans la combe de l'Alp pour éviter de perdre notre dénivelé, car il y a pas mal de neige en face et pour raccourcir la sortie.

Nous profitons du premier chalet rencontré pour faire la pause repas, abrités du vent.

Furfande (refuge et alpage)

Après cette pause, nous remontons sur le refuge de Furfande. Il y a encore un peu de neige sur l'alpage. Une harde de chamois progresse doucement dans la crête de Croseras.

Furfande (refuge et alpage)
Furfande (refuge et alpage)
Furfande (refuge et alpage)
Furfande (refuge et alpage)

La configuration de l'alpage (sa déclivité importante) présente un risque d'avalanche important. Mais pour nous tout va bien la descente est vite effectuée.

Partager cet article
Repost0

Accueil