Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dernières Infos

 

       

Prochaine sortie :

A définir

   Date(s) à retenir :

A définir

 

 

 

  

 

 

Recherche

Pour nous écrire :

Vous êtes le visiteur n°

28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 08:00
 

 

Une nouvelle rentrée scolaire, pour l’association. Nous commençons cette saison, 2009/2010, par l’ascension du Mont Colombier dans le massif des Bauges.

 

Jean-Claude, Pierrette, Mick, Séb et moi traversons la station de Aillons le Jeune, presque déserte. Une petite hermine, traverse la route forestière qui traverse la combe de Lourdens.

 

Alors que nous faisons une petite pause (thé, fruits secs) au col de la Cochette, nous sommes rejoints par un couple. Ces derniers ne s’attardent pas et s’attaquent au Mont Colombier par l’arête sud.

 

Je préfère poursuivre dans l’alpage, en direction du col du Colombier car j’ai prévu une visite de la grotte du mineur. Nous passons le chalet de Rossane que les alpagistes n’ont pas encore déserté.


Derrière la grande ferme, un « toit » posé sur le sol ! L’installation permet de récupérer l’eau avant qu’elle ne s’infiltre à jamais dans le calcaire du massif.

 

Le soleil perce légèrement la brume. Et, à hauteur du col nous pouvons admirer le Mt Colombier, la dent de Rossanaz et les alpages. Les cloches des tarines et autres abondances se font entendre.


 


On traverse les parcs à vaches et on descend à la grotte. La visite de cette dernière est assez courte mais intéressante. Equipés de lampes frontales, on rigole comme des gamins et on prend des photos de part et d’autre par l’unique trou qui sépare les 2 galeries.

 

On voit bien le travail des hommes pour creuser ces galeries pour extraire la silice. Les outils utilisés ont laissé leur trace.


 

Au retour dans la 2ème salle, on découvre le cadavre de ce qui pourrait être un renard. Un passage acrobatique amène à une ouverture plus haut. Mais nous arrêtons là notre exploration.

 

Entre temps il semblerait que les brumes se soient levées un peu. Il nous reste l’ascension (soutenue), de l’arête ouest du Mont Colombier à gravir.

 

Arrivés au sommet, nous pouvons admirer partiellement les sommets aux alentours, plus loin le Mt Blanc perce légèrement. Les brumes envahissent tous les fonds de vallée et masquent la belle vue que l’on espérait. Mais l’essentiel est ailleurs : le plaisir de randonner entre amis.

 

Il fait chaud, au calme, à côté de la belle croix sommitale, en bois sculpté, nous déjeunons. Deux autres randonneurs nous rejoignent alors que nous en sommes au café et à l’épiscopal !

 

Pour la descente, nous empruntons la raide arête sud ! Les quadriceps sont mis à rude épreuve. Il faut être prudent, les pierres roulent sous nos pieds. Nous arrivons rapidement au col de la Cochette. Et c’est à travers les alpages, puis une jolie forêt que nous gagnons les chalets de la Fulie. Encore une fois la brumes gâche un peu la vue.


Nous ne nous attardons pas et retrouvons la route forestière qu’il nous faut suivre 20 petites minutes afin de retrouver notre véhicule.

 

Bilan : Pour certains c’était l’occasion de randonner pour la 1ère fois dans les Bauges. Une belle randonnée de reprise, un tout petit peu déçu par la météo. Mais nous aurons l’occasion de revenir dans les Bauges !

Histoire : Dans la combe de Lourdens, les moines chartreux, maitre des forges, frappaient le fer pour fabriquer des clous et des outils. Le fer était acheminé, à dos d'anes, depuis les Hurtières en Maurienne par le col de la Sciaz. Les martinets étaient actionnés grâce à l'énergie hydraulique, et les hauts fourneaux dans lesquels le minerai était fondu, étaient chauffés avec les coupes forestières voisines.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Accueil