Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dernières Infos

 

       

Prochaine sortie :

A définir

   Date(s) à retenir :

A définir

 

 

 

  

 

 

Recherche

Pour nous écrire :

Vous êtes le visiteur n°

1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 08:04

Je mets en lien l'article très détaillé du blog "le bruit du vent". Un massacre est en cours depuis plusieurs mois ! Le principe de précaution poussé à l'extrème !

Partager cet article
Repost0
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 14:00
Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m

Le 28 avril 2004, Patrick Berhault, nous quittait sur l'arête du Täschhorn au Dom des Mischabel, au sein des Alpes Valaisannes. Quelques années plus tard, dans un documentaire on le voyait raconter les débuts de sa passion et en particulier, il se rappelait son ascension au Mont Gélas alors qu'il n'était alors qu'au lycée.

 

Depuis ce joli reportage, je me suis dit qu'un jour j'irais moi aussi au sommet du Gélas, point culminant des Alpes Maritimes. Et, quand Jules m'appelle fin mai pour connaître mes dispos pour ce dimanche 01 juin, je profite de l'occasion et lui propose de réaliser cette ascension. Sylvain est disponible également, il sera aussi de la partie.

 

Nous nous rejoignons tous les trois à St Laurent du Var, nous remontons la Vésubie et nous stationnons le véhicule sur le parking du refuge de la Madone de Fenestre. Il n'y a pas grand monde à cette heure là. Seuls, cinq skieurs partent depuis la vacherie plus bas, il est 06 heures 45 et nous débutons notre randonnée.

Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m

Les 1ers névés sont juste au dessus du refuge. Le regel nocturne a été efficace et nous progressons sans trop avoir à brasser. Nous empruntons le GR puis le sentier qui monte en direction du lac de Fenestre. Sur la prairie de Fenestre, on va chercher une sente qui passe dans une petite cheminée caractéristique. Nous dérangeons deux chamois et nous en profitons pour chausser les crampons, s'hydrater un peu, et ôter quelques couches de vêtements.

 

Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m
Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m
Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m

Nous longeons le lac mort, le lac blanc recouverts de neige. Le soleil commence à faire son œuvre, et la neige commence à se transformer. C'est une partie superbe, où il faut trouver un itinéraire, le plus facile possible, pour atteindre la base sud du Gélas.

 

Nous sommes seuls sur ce grand espace. Seule une trace vient troubler l'immaculée couche de neige tombée cet hiver.

Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m
Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m
Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m

Nous poursuivons et le balcon du Gélas apparaît. Les skieurs que nous avions vus au départ, nous suivent un peu plus loin. Le balcon du Gélas ne présente aucune difficulté et c'est une belle course en ski de randonnée. De ce balcon on peut accéder à la Cime du Gélas par une crête aérienne présentant quelques pas d'escalade pas trop technique l'été, un peu plus engagé l'hiver.

Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m
Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m

Nous parvenons au pied du couloir très enneigé. Nous sortons les piolets. Je passe le 1er, et taille des marches. Sylvain me suit, puis un peu plus loin, un couple à ski (ils ont déchaussé et montent en chaussures sans crampon), et enfin Jules.

Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m
Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m

La sortie du couloir est engagée ! Un petit fil aérien où toute chute est interdite ! Nous remontons sur quelques mètres un peu de mixte avant de sortir sur l'arête sommitale, effilée.

Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m
Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m
Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m

La croix est là. Quelques drapeaux à prières bouddhistes y ont été accrochés. Un peu plus loin la vierge dont seule la tête apparaît sous l'épaisse couche de neige alors qu'elle mesure plus d'un mètre de haut !

 

Nous faisons quelques photos. La vue est à 360° et bien dégagée. L'Italie au nord et la Punta della Siula, vers l'est de la cime de la Malédie, le Mont Clapier ...

Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m
Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m
Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m
Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m
Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m
Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m
Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m

Le ciel est encore bien bleu mais quelques nuages menaçants laissent présager une après-midi bien moins ensoleillée. Nous ne traînons pas trop. Je sors la corde afin de constituer la cordée. Sylvain ouvre la marche, suivi de Jules et moi-même. La désescalade dans le mixte est délicate. Nous parvenons au sommet du couloir. Un binôme, ski sur le sac, est sur le point de sortir le couloir ouest.

 

Sylvain descend, suivi de Jules. Pour moi, c'est la chute ! Après avoir pris pied dans le couloir, je glisse alors que je m'apprêtais à me positionner face à la pente. Je glisse jusqu'à Jules dont je percute le bras droit, piolet dans la neige, les crampons devant, je tente de ralentir ma glissade. Finalement, pas de chance pour moi car quand la corde se tend je constate qu'elle s'est enroulée autour de ma cheville droite !! Vive douleur, l'horreur. On retrouve nos esprits, mais la douleur est très importante. Il est midi !

Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m
Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m

Nous faisons le point. Jules a un peu mal au bras droit mais ça va, nous avons descendu une petite quinzaine de mètres, sur une couloir de 100 m environ !! Il est temps d'appeler les secours ! Jules sort son téléphone. Pas de réseau. Merde ! Il compose le 112. Un opérateur italien répond, il demande si quelqu'un parle français, et parvient à expliquer la situation, la localisation avant que la communication ne soit interrompue. Le couple du sommet parvient à notre niveau. Ils me disent qu'ils vont appeler les secours à leur tour un peu plus bas.

 

La pente étant importante j'essaye de poursuivre la descente. C'est méga douloureux ! Je jure à chaque pas. Les amis essayent de me faire descendre sur les fesses en demi-cabestan mais c'est pas top. Par contre je suis trempé !! Je poursuis bien aidé par les amis. Après un temps qui m'a semblé être une éternité ! Nous parvenons enfin sur les quelques pierres au pied du couloir. Le calvaire est fini. Nous nous habillons un peu plus et je sors mon portable à mon tour.

 

04.93.22.22.22 j'attends. Le numéro que vous avez composé est non attribué ! Merde c'est quoi ce délire ? Je fais le 17. je tombe chez les pompiers, j'explique la situation, la localisation, avant que l'opérateur décide de me passer le Codis. Ca sonne. L'opérateur du Codis m'annonce qu'il me met tout de suite en relation avec le secours en montagne. Puis plus rien !!! Merde plus de batterie !! Je rallume mon téléphone, je recompose le 17, de nouveau les pompiers, le Codis et de nouveau plus rien !!!! Cette fois plus du tout de réseau … et de batterie. La mouise !!

 

Un nouveau couple de skieurs monte le couloir est. A notre hauteur, nous leur expliquons la situation. Équipés d'une liaison satellite et d'un portable ils nous indiquent essayer de joindre les secours au sommet.

 

Le téléphone de Jules n'arrête pas de sonner mais impossible de tenir la liaison. C'est en bonne voie l'information a du passer …. il ne peut en être autrement.

 

La brume nous entoure de plus en plus. Ça craint, l'hélico va avoir du mal à venir ! Tout a coup le bruit d'un rotor. Difficile de localiser la machine. Je le vois, il est là ! Face à nous côté italien, d'ailleurs c'est un hélico italien ! Il est trop loin pour nous voir. Nous attendons en vain qu'il s'approche mais la brume nous entoure de plus en plus, et puis plus rien !

 

Je décide de rallumer mon portable. « vous avez deux nouveaux msgs ! ». « C'est le secours en montagne, rappelle d'urgence au …... ». je n'écoute pas l'autre message et je rappelle immédiatement. La liaison est bonne. Je fais un point de la situation avec le secouriste du PGHM de St Sauveur. Il m'explique que l'hélico qui devait venir sur nous, a été dérouté sur un grave accident à Lantosque. Il me confirme que les italiens ont été sollicités mais qu'ils ne nous ont pas vus ! Il faut patienter. Je lui indique que le plafond est de plus en plus bas.

 

Je raccroche et donne les infos aux copains. Le vent souffle fort par moments et nous glace malgré nos Gore-Tex et windstopper. Pour ce réchauffer un peu Jules et Sylvain commencent la construction d'un mur de pierres au cas où ?? Optimistes les amis !!

 

Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m

Le temps passe enfin pas trop à mon goût plusieurs fois j'essaye de me convaincre de faire un petit effort mais la douleur est trop intense ! Nous mangeons un peu, pas trop au cas où ! Il n'y a plus que nous dans le secteur depuis bien longtemps. Tout à coup le bruit d'une machine. Tout le monde est aux aguets mais vue la brume tout autour, il n'y a aucune chance de voir quoi que ce soit. Le bruit a vite disparu, d'ailleurs y a t il eu un bruit ? Le silence a repris ces droits, seul le vent par moment vient perturber cette quiétude.

 

Une heure est passée, quant tout a coup j'entends des voix. Je demande à Jules et Sylvain qui bien sûr n'ont rien entendu et me prennent pour Jeanne. Je crie quand même, rien, pas de réponse. 15 heures 30, de nouveau un appel cette fois tout le monde a entendu. Dans cette poisse, impossible de voir à plus de 10m. Tout est blanc autour de nous. Ce ne peut être que les secours. Sylvain part un peu devant. Il ré-apparaît 5 mn après avec deux gendarmes du PG. Skis de rando aux pieds les secouristes ont été déposés à 2500m d'altitude.

 

On se présente, vérification de mon état général, et mise en œuvre de la barquette pliable. Je m'allonge comme je peux, l'attelle me remonte à mi-cuisse. Je suis sanglé et dorénavant je ne peux plus bouger !

Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m
Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m
Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m

La conduite est assez simple, ils vont me descendre à skis, et les copains vont suivre derrière pour ne pas se perdre à leur tour. Un petit CR à la base PG pour annoncer le contact avec la victime, la prise en charge et le départ. Il est 16 heures 00, et je sais, enfin c'est que je croyais, que la fin est toute proche.

Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m

Les 1ères pentes sont douces et mes deux secouristes, tout en dérapage, me font descendre tranquillement. Je vois les copains suivre doucement. Mais bien sur, tout cela ne va pas durer ! Les pentes sont par moments bien plus raides et cela devient beaucoup plus dangereux ! Notre corde de rappel est sortie. Jules et Sylvain sont sollicités pour retenir le traîneau grâce à cette corde fixée à l'arrière. Ça devient très périlleux ! Les copains galèrent.

 

Dès ces pentes passées le traîneau reprend de la vitesse. Régulièrement le groupe fait une pause. Cela permet aux potes de nous rejoindre, mais aussi de faire le point « orientation » sur le Gps car la visibilité est toujours nulle, point météo/héliportage avec la base PG.

 

Nouvelle difficulté : une grosse pente. Le PG décide poser un ancrage et de descendre la barquette grâce à la corde ! Cette fois c'est pieds en avant que je descends …. « Déconnez pas les gars !! ».

Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m

Difficulté avalée on poursuit. Nous arrivons sur les derniers névés. Il pleut désormais, la totale ! Je sors de la barquette, je ne suis pas mécontent car les derniers mètres m'ont sacrément secoué. Les secouristes joignent la base PG pour l'évacuation héliportée. Le plafond est bas mais cela pourrait peut être passer par le refuge de Nice. Après une bonne ½ heure de tergiversations, on nous annonce à la radio que Dragon n'a pas pu venir plafond bien trop bas et gros orage ! Merde et le tonnerre qui claque à plusieurs reprise.

 

La décision est prise de me descendre à dos d'homme en cacolet italien. Jules et Sylvain sont encore bien à contribution ils vont porter le sac des secouristes, leur paire de ski ! Cette dernière est éprouvante pour les deux secouristes qui se relayent tous les ¼ d'heure, pour les amis chargés comme des mules, et pour moi car la corde me cingle sous les cuisses et malgré les efforts des secouristes ma cheville touche régulièrement le sol, les rochers, les arbres entraînant de belles douleurs !!

Cime du Mont Gélas (par couloir Est) 3 143m

Vers 19h45, nous parvenons enfin à la vacherie où le gardien du refuge est venu nous chercher en 4x4. A 20 heures 00 nous sommes au refuge, au chaud. Fin d'une journée extraordinaire !!!

 

Je remercie bien sûr les deux gendarmes du PGHM, mais un grand bravo aussi à Jules et Sylvain qui ont filé un vrai coup de main.

Partager cet article
Repost0

Accueil