Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dernières Infos

 

       

Prochaine sortie :

A définir

   Date(s) à retenir :

A définir

 

 

 

  

 

 

Recherche

Pour nous écrire :

Vous êtes le visiteur n°

19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 19:29
Le Queyron

L'objectif du jour est le « Queyron », joli belvédère au dessus du Guil, où deux tables d'orientation ont été installées pour profiter au mieux du décor.

 

L'été la piste forestière est ouverte à la circulation automobile, mais pour nous ce sera bien sur, en mode pédibus, que nous atteindrons ce petit coin de paradis !

 

Nous stationnons au centre de Arvieux entre l'église et le temple. Ici les deux communautés religieuses cohabitent depuis la Révolution, ces deux édifices construits l'un face à l'autre en témoignent.

Le Queyron

Par la piste forestière, nous remontons dans la combe creusée par le torrent de champ la maison. A l'ombre, ça pince ! Il nous tarde de virer sur le versant ensoleillé. Nous laissons le sentier poursuivre vers le col de Furfande et partons vers le sud.

Le Queyron

Le sentier en balcon offre une fois de plus de beaux points de vue sur le col de l'Izoard, et la vallée d'Arvieux.

 

Une petite pause fruits sacs avant d'attaquer les derniers coups de cul avant le Queyron. Les bois que nous traversons offrent un biotope idéal pour les cervidés. Quelques « culs blancs » partent ici ou là mais difficile pour nos pros de la photo de capturer leur image furtive !

Le Queyron
Le Queyron
Le Queyron

La première table d'orientation permet de couvrir le Haut Guil (du Pic de Rochebrune au col fromage). C'est un peu venté et nous tentons l'autre côté pour notre repas.

Le Queyron
Le Queyron

La deuxième table est plutôt orientée vers les Pics de la Font Sancte (côté Ceillac), le domaine skiable de Vars-Risoul.

Le Queyron
Le Queyron

Nous descendons aux deux superbes granges, et sortons le pique-nique de nos sacs.

 

Le retour est rapide après cette pause. Nous descendons sur Villargaudin. Le hameau est habité, bien entretenu. Il y a une chapelle, deux fours, une fontaine et l'ancienne fruitière.

Le Queyron
Le Queyron
Le Queyron

Jusqu'au milieu du 20ième siècle, le lait était transformé dans cette fruitière et les produits (beurre, fromages …) vendus sur Guillestre ou Briançon. A la fermeture de la fruitière, le lait est vendu à l'usine Nestlé de Gap.

Le Queyron

Le ramassage est effectué sur le route dans la vallée ! Les aller-retours avec les mulets sont remplacés dès 1954 par un transport par câble. Un petit musée à la gare de départ retrace cette épopée.

Le Queyron

La descente sur Arvieux est douce.

C'est la dernière pour Stéphane qui repart directement sur la région nantaise (merci à toi, pour ces bons moments … et à bientôt peut être).

Il fait encore beau, mais la perturbation annoncée pointe le bout de son nez, avec les premiers nuages qui débordent de l'Italie.

A 17h00, les premiers flocons tombent du ciel, exactement comme l'année passée. La route blanchit réellement vers 20h00. La suite demain au réveil !

 

Partager cet article
Repost0
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 18:15
Col Saint Martin ou d'Abriès (2 658m)

Deuxième année que nous louons le gîte de la maison des Thures, dernier bâtiment du hameau « le Roux », et il est temps pour nous de découvrir ce qu'il y a au delà … au bout du chemin ! De mettre nos pas dans ceux des anciens, car le col St Martin a été longtemps un passage privilégié, permettant les échanges commerciaux (ou de contrebande) entre les habitants de ces vallées reculées.

 

Nous ne sommes que 7 ce matin. Après un aller retour à la boulangerie de Aiguilles (pas de pain ce matin à Abriès), les sacs à dos et le matériel embarqués nous partons donc à pieds directement du gîte.

Col Saint Martin ou d'Abriès (2 658m)

Nous passons devant la chapelle St Antoine. Dans les prés déneigés, de l'autre côté du torrent de la montette des hardes de chamois profitent de la quiétude des lieux.

Nous bifurquons directement en direction du col St Martin laissant sur notre gauche le sentier qui conduit aux ruines de la montette puis au col des Thures.

La belle chapelle, récemment rénovée est maintenant devant nous de l'autre côté du torrent du col St Martin que nous ne tardons pas à rejoindre.

 

Col Saint Martin ou d'Abriès (2 658m)

Nous sortons de la forêt et nous pouvons apprécier le paysage qui s'ouvre. Nous constatons également qu'il y a encore une très longue bavante jusqu'au col !

Col Saint Martin ou d'Abriès (2 658m)
Col Saint Martin ou d'Abriès (2 658m)

Les marmottes profitent des premières chaleurs et encore peu habituées à la présence des randonneurs, ne s'attardent pas trop à l'extérieur de leurs terriers à notre vue.

Col Saint Martin ou d'Abriès (2 658m)
Col Saint Martin ou d'Abriès (2 658m)
Col Saint Martin ou d'Abriès (2 658m)

Les restants des nombreuses coulées hivernales sont encore bien franchissables grâce au gel nocturne.

 

Parvenus sous la bergerie la pente devient plus raide et il nous faut progresser en larges « S ».

Col Saint Martin ou d'Abriès (2 658m)

La bergerie sera le but de Jean-Claude et Pierrette. Si prêts du col, ils préfèrent nous attendre ici et nous laisser faire les derniers 200m+.

Col Saint Martin ou d'Abriès (2 658m)

Finalement après quelques efforts supplémentaires, ils seront rejoints par Fred et Dylan qui préfèrent rebrousser chemin.

 

C'est donc à trois que nous finirons cette superbe randonnée. Le vent glacial va gâcher un peu notre plaisir et nous ne attardons pas au col, malgré la belle vue sur le versant italien, le refuge du lac vert (rifugio del Lago Verde), la station de Prali Villa tout au fond.

Col Saint Martin ou d'Abriès (2 658m)
Col Saint Martin ou d'Abriès (2 658m)
Col Saint Martin ou d'Abriès (2 658m)
Col Saint Martin ou d'Abriès (2 658m)

Nous retrouvons toute l'équipe à la bergerie pour un repas bien mérité. Abrités du vent, au soleil, nous profitons des lieux.

Col Saint Martin ou d'Abriès (2 658m)

Le retour est le même. Nous chaussons les raquettes car le manteau s'est transformé sous l'effet du soleil.

 

Rapidement nous nous retrouvons dans le sous-bois puis au gîte, la tête encore un peu là haut sur ces alpages encore enneigés, loin des soucis et du train-train quotidien !

Partager cet article
Repost0

Accueil