Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dernières Infos

 

       

Prochaine sortie :

A définir

   Date(s) à retenir :

A définir

 

 

 

  

 

 

Recherche

Pour nous écrire :

Vous êtes le visiteur n°

2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 15:45
Le col d'Arsine (2340m)

Au programme du jour, une belle randonnée aux pieds des glaciers d'Arsine, du Casset, pour ne citer qu'eux. A la découverte de leurs eaux de fonte qui serpentent plus haut dans les alpages.

 

Au départ du village, le Casset, le décor est déjà somptueux. L'aiguillette du Lauzet derrière nous, et les 3000m face à nous (Montagne des Agneaux, Pic de Neige Cordier...), les glaciers, leurs moraines ...

Le col d'Arsine (2340m)
Le col d'Arsine (2340m)

Le départ est tranquille. Une belle piste prend doucement de la hauteur, avant de laisser place cette fois à une sentier bien pllus raide ! Les mollets s'échauffent et c'est juste avant le lac de la Douche que nous ferons une belle pause.

 

Mais quelle belle couleur ce lac, un vert blanc laiteux atypique même si la raide montée en « S » juste au dessus, attire notre regard !

Le col d'Arsine (2340m)
Le col d'Arsine (2340m)
Le col d'Arsine (2340m)

Nous entrons désormais dans le parc national des Ecrins. La signalétique est bien en place.

 

Nous montons tranquillement chacun à son rythme comme il se doit et finalement cette partie se fait bien. Nous sortons sur l'alpage. Les eaux des glaciers méandrent ici, toujours avec des couleurs atypiques. Ces couleurs proviennent des « farines » minérales que les glaciers ont charrié lors de leur long travail d'érosion.

Le col d'Arsine (2340m)
Le col d'Arsine (2340m)
Le col d'Arsine (2340m)
Le col d'Arsine (2340m)

C'est le but de la journée, pour quelques uns et avec les autres nous poursuivons en aller-retour jusqu'au col d'Arsine. Au col, malgré quelques gros nuages, la Meije se dévoile. Nous ne voyons pas les lacs du glacier d'Arsine, bien cachés derrière la moraine.

Le col d'Arsine (2340m)
Le col d'Arsine (2340m)

Il est temps de redescendre pour retrouver les membres du groupe plus bas. Dans l'herbe bien grasse, nous pique-niquons tranquillement, bercés par le cliquetis apaisant de l'eau qui serpente dans cet alpage, juste à nos pieds.

 

Le retour se fait par le même chemin. Certains découvrirons la raideur de la pente dans sa version descente ! Comme quoi l'effort et tout aussi présent dans la descente que dans la montée.

 

Une dernière petite visite du moulin du Casset, encore ouvert à cette période et c'est la fin de cette belle journée.

 

 

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 13:11
La route des forts

Après avoir laissé un véhicule au hameau de « La Vachette », nous montons à la station du Montgenèvre.

 

Nous récupérons le GR5 (emprunté en partie hier) qui nous conduit en une longue descente jusqu'aux fortifications briançonnaises.

 

Il pleut un peu et les équipements sont de sortie. Ponchos pour les uns versus vestes de pluie et protège sac pour les autres. Nous traversons un ridicule cours d'eau : la Durance ! Célèbre rivière haut alpine, elle prend sa source sur les alpages de la station plus haut, et gonfle au fur et à mesure avec ces affluents (la Clarée, la Guisane, l'Ubaye …) avant de se jeter dans le Rhône au sud ouest d'Avignon.

 

La descente, en sous bois, est agréable, et la pluie a cessé rapidement. Les champignons ont bien poussé : coprins chevelus, bolets.

La route des forts

Nous passons devant le premier ouvrage militaire : la « batterie de la Lame ». Cet ouvrage construit dans l'urgence, entre 1938 et 1939, devait abriter le commandant opérationnel du secteur mais n'a jamais été achevé !

La route des forts

Nous poursuivons jusqu'au fort Dauphin, qui fait face au fort des Salettes. Avec la Durance qui coule juste dessous, axe principal entre Italie et France depuis le col du Montgenèvre, nous comprenons aisément le rôle de ces deux constructions.

La route des forts

Nous parvenons enfin au fort des Trois Têtes. C'est l'heure de la pause pique-nique. Le fort du Randouillet au dessus de nous. L'histoire de France nous entoure. Ah si ces pierres de taille pouvaient parler !

 

Après cette pause, nous contournons le fort des Trois Têtes, et descendons au Pont d'Asfled. Ce pont permet de traverser la Durance à son endroit le plus étroit (40m) et le plus haut (60m). Une nouvelle belle prouesse technique de l'époque (1730).

 

Après les photos de l'ouvrage sous tous les angles ou presque, nous repartons en direction de l'Envers du Fontenil. Plus loin nous croisons un randonneur québecois, qui tente de ralier Marseille à Rome par les Alpes ! Une discussion passionnée s'entame en queue du groupe avec ce randonneur que je convaincs à nous suivre pour rallier plus vite La Rochette, son étape du jour.

 

Une dernière navette pour récupérer les voitures laissées au col et c'est la fin de cette belle randonnée qui nous aura permis de découvrir une partie des fortifications des plus anciennes de la vieille ville, en passant par la période Vauban, Séré de Rivières, ou Maginot.

Partager cet article
Repost0

Accueil