Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dernières Infos

 

       

Prochaine sortie :

A définir

   Date(s) à retenir :

A définir

 

 

 

  

 

 

Recherche

Pour nous écrire :

Vous êtes le visiteur n°

7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 10:22

Arcelle (29)

 

 

Nous avons l'habitude de dire que tous les hivers ne se ressemblent pas. C'est vrai, mais dans cet hiver 2012, toutes les sorties ne se ressemblent pas non plus. Alors que le moi dernier les risques d'avalanches étaient à leur maximum, cette fois c'est le grand froid qui paralyse le pays depuis quelques jours. Et ces conditions météorologiques m'obligent une fois de plus à changer mon programme.

 

En effet, même si le soleil devrait être de la partie, je préfère que l'on soit le midi au chaud, dans une salle hors sac. C'est donc sur Chamrousse, et le plateau d'Arcelle que nous allons.


Nous (Pierrette, Jean-Claude, Mick, Fred et moi) arrivons au départ de notre randonnée, sur le secteur du Luitel, avec -12° au compteur (enfin de ce que l'on peut voir, le fusible d'éclairage étant HS !).

 

Pendant que nous nous équipons, le plus rapidement possible, une personne se gare devant et part faire quelques clichés de la tourbière du Luitel.


C'est vrai que le ciel bleu azur, l'enneigement abondant, et le soleil qui brille déjà, offrent une jolie carte postale.


Malgré notre rapidité à nous équiper, l'onglet est déjà presque là ! La route de Séchilienne n'est pas déneigée (comme toujours !). Nous l'empruntons avant de traverser le désert blanc sur notre gauche. La vue s'ouvre sur le massif du Vercors, et le Taillefer.

 

Arcelle (4)
On retrouve la route puis le hameau "la croix" qui sur la carte est nommé plutôt "les trois fontaines". On longe les quelques maisons isolées avant de se retrouver déjà en dehors de la piste forestière. On brasse peu finalement, la sous couche est bien dure et la couche supérieure pas trop importante.

 

Arcelle (5)


Cette fois nous sommes seuls au monde. Les arbres déchargent régulièrement leur trop lourd manteau neigeux et les quelques flocons qui parviennent à se glisser dans nos cous se font sentir. Nous passons derrière une grande bâtisse avec une toiture à "saut de moineau", avant de retrouver la piste forestière de fontfroide.

 

Arcelle (1)


Cette fois une trace est faite. Des skieurs nous ont précédés. Plus loin, pour éviter la longueur (et la monotonie) de la route, nous prenons une petite sente qui suit la ligne électrique. Il faut être prudent car les replats sont remplis d'eau et la couche de glace n'est pas suffisamment épaisse pour nous supporter !


Finalement on retrouve la piste forestière un peu plus tôt que prévu. Et c'est en voyant au loin des filets oranges, que je réalise que l'itinéraire que j'ai choisi va encore être emprunter par les pistes de ski de fond !!

 

 

Plus loin, en bordure de falaise, surplombant la vallée de la Romanche, en plein soleil, nous prenons le thé et avalons quelques fruits secs et autres biscuits. Cette pause bien méritée, recharge nos batteries avant de récupérer la piste. Plus loin, nous sortons sur le plateau d'Arcelle. C'est bien plus fréquenté.

 

Arcelle (3)

 

 

Au pied de la salle nous hésitons à prendre le repas dehors. Mais au bout de 5 minutes, on commence à ressentir le froid et nous rentrons nous abriter. On profite de la salle pour laquelle j'ai programmé cette randonnée !

 

La salle offre tout le confort. Nous passons un bon moment et après la prune à Jean-Claude, il nous faut déjà reprendre notre randonnée.

 

Il y a du monde, sur le plateau, les grenoblois sont montés profiter de cette belle après midi. Au parking, plus bas, nous quittons toute cette agitation en coupant « dré dans le pentu ». Le grand bonheur de faire la trace dans cette forêt.

 

Nous retrouvons plus bas la cabane de Boulac, puis après un dernier effort notre véhicule.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 09:56

Sabottes

 

Une nouvelle année qui commence. Les épisodes neigeux qui se sont succédés ces derniers jours nous invitent à la prudence. Le BRA du jour place le massif de Belledonne, à 5 : Très fort ! Donc ma 1èreidée de randonner du côté de Prabert est annulée. Le risque zéro n'existant pas dans la pratique de la montagne, je vais faire en sorte de le limiter quand même !!!

 

Je me rabats sur une sortie vers le Mont St Mury. Nous (Pierrette, Jean-Claude et moi) récupèrons Fred à Echirolles, puis Sèb à Brignoud.

 

Je ne peux m'empêcher de parler du nouveau look de Sèb ! Celui-ci arbore une barbe. Est ce pour lutter contre le froid, en l'honneur de Mc Timber (le célèbre bucheron de Mc Do) ?? En tout cas l'ours de Chapa est en forme … gare au gorille !

 

Direction pour tous le parking de Pré long. La route verglacée a failli nous obliger à laisser la voiture au chalet « Amitié-Nature ». Pour Jean, Sèb et moi qui étions descendu pousser la voiture ce sera à pied jusqu'au parking (+ 40m positif au compteur).

 

Le parking n'est pas désert. Une voiture a passé la nuit ici, et 5 autres sont arrivées ce matin. Pendant que nous nous équipons deux chasseurs sont déposés et partent à pied (sans fusil) dans les bois d'où s'échappent les aboiements d'un chien.

 

La mise en route est longue (bâtons récalcitrants, raquettes inversées, onglets ..). C'est à 10h00, que nous partons. Le temps se couvre. La couche de neige n'est pas très importante. Nous prenons le sentier qui coupe les « S » de la route.

 

Nous gagnons vite de l'altitude. La trace est faite. Des skieurs nous ont précédé. D'ailleurs nous pouvons les voir dans les pentes du Mont St Mury. Ils sont une bonne dizaine. Il va y avoir du monde à la cabane !

 

Au col du Pré du Mollard, deux skieurs redescendent déjà. La couche de neige devient plus importante. Malgré la trace, nous enfonçons encore un peu en raquettes.

 

Le soleil est à deux doigts de percer. Un peu de ciel, au delà du lac du Crozet que nous devinons, mais ce sera tout pour la journée. Nous le savons déjà !!

 

Une bifurcation, des panneaux ! A droite, en suivant la trace, le refuge du Pré du Mollard, 10 minutes, 200m. A gauche ? Nous faisons une petite pause, thé, fruits secs, nous allons brasser. En effet, je crains qu'il y est trop de monde, et je privilégie le habert de Sabottes.

 

C'est parti. Là je brasse ! L'effort est soutenu, les cuisses chauffent, quel bonheur. Fred prend le relai. Puis … encore moi, le barbu de chapa est aux abonnés absents ! Mais le habert est là. Entourés de neige vierge, nous serons les seuls. Quelques photos car il est vraiment chouette ce habert.

 

Habert des Sabottes (1)Habert des Sabottes (2)

 

Nous pénétrons à l'intérieur. Tout le confort : des bougies, une belle réserve de bois, de l'allume BBQ … Le poêle est vite allumé. Pierrette sort de son sac une galette des rois. C'est royal !!! Nous prenons l'apéro et le repas pendant que la galette repose sur le feu.

 

Mais qu'est ce que nous sommes bien. Avec le café et la galette, la vulnéraire et la prune. Ça chauffe le long de l’œsophage. Franche rigolade au moment de manger la galette. C'est Fred qui a la fève et vue la grosseur de l'objet pas moyen de la dissimuler dans la bouche ou même de l'avaler (solution qui avait été envisagée pour éviter de redescendre avec la couronne sur la tête!!).

 

Au moment de repartir nous remettons le habert dans l'état où nous l'avions trouvé. Dehors le temps a changé. Il neige un petit peu. On tire sur le refuge de Pré du Mollard. La partie hivernale est occupée (comme prévu) non pas par les skieurs, mais par une dizaine de raquettistes.

 

La descente est rapide, nous coupons à travers jusqu'au col puis retrouvons le sentier jusqu'au parking.

 

Fin de cette 1èrerandonnée de 2012. Environ 650m de dénivelé. Dommage que le ciel bleu annoncé en début de semaine n'était pas au rendez-vous.

Partager cet article
Repost0

Accueil