Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dernières Infos

 

       

Prochaine sortie :

A définir

   Date(s) à retenir :

A définir

 

 

 

  

 

 

Recherche

Pour nous écrire :

Vous êtes le visiteur n°

13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 08:33

A 07 heures 00, le ciel est déjà bleu azur. Pas un nuage à l'horizon. Il va faire chaud aujourd'hui ! Cette fois j'ai décidé d'emmener Jean-Claude, Pierrette, Sébastien et Laurent dans le massif de Belledonne, pour l'ascension du dernier grand sommet au nord de ce massif : la Pointe de Rognier.

 

Nous stationnons à la chapelle de Prodin après avoir emprunté une route forestière relativement carrossable.

 

Le sentier est bien fléché. On profite de la fraîcheur de la végétation quasiment jusqu'au 1er refuge : la grande montagne. Comme souvent dans Belledonne, les refuges sont bien entretenus, propres. Celui là ne déroge pas à la règle, avec en prime une belle vue sur les Grands Moulins, la montagne d'Arvillard...


 

Dans les aulnaies de ravin qui se succèdent nous pouvons voir furtivement un chamois puis une poule tétras au vol lourd et bruyant. Les rhododendrons en fleurs succèdent à l'aulnaie. En cette période la flore est éclatante de beauté : gentianes (ponctuée, printanière), trèfle alpins...
 

Le chemin nous mène rapidement au refuge des Plattières. Plus proche des montagnes, du minéral, des derniers névés, l'ambiance y est différente du précédent. Mais le calme qui y règne est le même.


 

Quelques fruits secs avant l'ascension soutenue du col de la perche. De ce col, la vallée de la Maurienne se découvre.

 

A partir du col le cheminement n'est plus indiqué. Une sente plein sud nous mène dans des pierriers plus ou moins fins : le grand canal. Le dénivelé et l'instabilité du terrain rendent la progression nettement plus physique.


Nous sortons sur un petit collet au nord ouest du sommet. Une petite photo de notre groupe nous permet de nous remettre de son bon crapahut.


C'est par une crête aérienne que nous rejoignons la pointe de Rognier : 2341m. Il est tout juste midi.

 

La table d'orientation, au pied de la croix sommitale, facilite la lecture du paysage. Les sommets enneigés de la Vanoise, se dévoilent alors que le Mont Blanc est caché derrière de gros nuages.

 

Après avoir mangé et pris notre temps, il nous faut déjà redescendre. Cette fois, nous prenons le pierrier juste sous la pointe : droit dans le pentu !



Nous sommes de nouveau au col de la perche. Quelques marmottes se chamaillent dans des gros blocs à quelques dizaines de mètres de nous. Pour conclure cette belle journée nous gravissons le Chapotet (2076m). Comme le fait remarquer Jean-Claude il y a quelques similitudes avec notre sortie aux Grands Moulins où nous étions rentrés par la Montagne d'Arvillard.

 

Le Chapotet est un gros mamelon herbeux, recouverts de fleurs et de mares. Sans danger en cette période, les belles pentes du secteur ont emporté 3 personnes, en mars dernier.

 


De l'autre côté de la crête nous rattrapons la piste forestière qui nous conduit jusqu'au parking.

 

Bilan : une très longue randonnée a réserver aux bons marcheurs. Attention à la crête sommitale qui ne pardonnerait aucune erreur. Une corde peut être utile pour les personnes sujettes au vertige ou peu rassurées.

Partager cet article
Repost0
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 15:53


C'est toujours une période transitoire difficile pour la randonnée, les mois d'avril et mai. Difficile car il y a encore beaucoup de neige dans les faces et combes nord alors que les pentes sud et les crêtes sont déjà vertes !

C'est du côté de Belledonne que nous partons sur cette crête qui sépare la vallée du Breda (Pinsot, Fond de France), aux balcons de Belledonne (Theys, Col de Barioz). C'est d'ailleurs du foyer de fond du Barioz que nous partons.

Nous empruntons une piste forestière encore bien enneigée qui nous conduit rapidement au refuge du Crêt du Poulet. Jean-Claude sauve d'une mort certaine un gros crapaud coincé dans la neige.


Après avoir satisfait notre gourmandise, avec des fruits secs et des madeleines, nous accédons à la croix et aux deux tables d'orientation dirigées respectivement vers Vercors/Chartreuse/Bauges pour l'une et Belledonne pour l'autre.


La vue y est exceptionnelle, surtout côté Belledonne où l'atmosphère moins polluée révèle pleinement le relief grâce au rayonnement du soleil.


Nous suivons avec difficultés, la crête jusqu'au Crêt Luisard, puis quasiment jusqu'au Grand Rocher, via les lacs encore sous la neige "de la Belle Aiguette" puis "de Séchident". Côté Belledonne le décor est vraiment à couper le souffle.

Mais c'est face à la Chartreuse (Dent de Crolles et Chamechaude) que nous pique-niquons plus ou moins abrités du vent.

Nous observons un groupe de randonneuses équipées de raquettes, repartir. Nous leur emboitons le pas. Nous sommes agréablement surpris car la progression est relativement facile même sans raquettes !


Au GPS, nous traçons un superbe itinéraire à travers une pessière clairsemée.


Nous sommes en plein territoire du tétras-lyre et nous pouvons découvrir à plusieurs endroits des fientes de ce gallinacés de montagne. Ces indices de présence de couleur brun-jaunâtre ressemblent à des Curly (biscuits apéritif).

Nous arrivons rapidement au chalet de Pierre Roubet. Beau bâtiment au milieu d'un alpage où est érigée une croix. Le chalet est fermé mais un auvent permet de s'abriter en cas de pluie.



Bilan : Encore un joli coin qui mérite le détour. Attention par temps de brouillard le site doit être très "pommatoire" !
Partager cet article
Repost0

Accueil