Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dernières Infos

 

       

Prochaine sortie :

A définir

   Date(s) à retenir :

A définir

 

 

 

  

 

 

Recherche

Pour nous écrire :

Vous êtes le visiteur n°

24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 06:50
Le Haut Montet

Balle de golf ? Visible depuis la côte le radar surplombant Grasse m'attirait depuis longtemps. Son accès est assez simple depuis la route entre Gourdon et Caussols.

Personnellement je suis parti depuis la carrière sous le bois de Gourdon. Il faut emprunter la route un petit peu avant de partir en forêt sur la piste forestière. Une petite sente permet de couper les lacets de cette piste et nous parvenons rapidement au carrefour de pistes sous le Thoronet. Un chevreuil est surpris. Il m'observe quelques instants avant de s'enfoncer dans les prairies enfrichées.

Un sentier permet de rallier l'Embarnier. Attention ce sentier est très mal entretenu et le balisage est plus qu'aléatoire !

De là une piste permet de joindre la crête. Deux décollages de parapente y sont présents et vous aurez peut-être l'opportunité de voir décoller face à la mer ces pratiquants.

La crête offre une belle vue sur le village de Gourdon mais surtout sur toute la côte (ou presque), les iles de Lérins ...

Le radar est vite là au point culminant : le Haut Montet. La suite est paumatoire ou disons plus précisément non balisé ! On parvient au col de la femme morte ou col du clapier, et il suffit alors de suivre le marquage du GR4.

J'ai suivi le sentier plein est (celle qui longe plus ou moins le vallon de la combe). Encore une fois le marquage et le balisage sont totalement inexistant ! C'est donc à "l’azimut sanglier" que j'ai fini droit sur la carrière ! J'ai encore mis en fuite un chevreuil qui a vraiment du se demander ce que je faisais là !

Pour résumer une boucle de 19kms, 800m+ à conseiller à tous ceux et celles qui savent bien s'orienter (boussole, carte indispensables).

Le Haut Montet
Plateau de Caussols

Plateau de Caussols

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 17:17
Pas des Ladres et col de Fenestre

Je profite de la présence de Pierrette et Jean-Claude en vacances dans le secteur, pour organiser une sortie dans le Parc National du Mercantour.

C'est aussi l'occasion pour nous trois de revenir sur nos traces. En effet, nous étions venus en 2005, avec le club montagne du collège de St Laurent du Pont. Pour notre étape entre Boréon et le refuge de Nice, nous aurions dû passer par le pas de Ladres (2448m) mais sur les conseils des gérants du gîte, et pour avoir moins de dénivelé, nous étions passés par la cime du Pisset (seulement 2233m). Donc c'est au Pas de Ladres que je compte emmener les amis.

Après avoir récupéré Pierrette et Jean-Claude, nous montons sur Saint Martin Vésubie. Ensuite nous empruntons la route de la Madone de Fenestre, point de départ de notre randonnée. A notre arrivée, le soleil vient tout juste d'apparaitre derrière les crêtes et ses premiers rayons éclairent déjà le sanctuaire.

Nous empruntons le sentier qui passe au dessus du refuge et serpente plein nord. Quel plaisir de se retrouver ici. Au fur et à mesure de notre progression les souvenirs reviennent. Le Pas du Mont Colomb est encore enneigé cette année. Le Mont Gelas se dresse fièrement. Le sentier est bien tracé. Plus loin nous bifurquons vers le Pas de Ladres. Les chamois apparaissent. Un nous observe depuis son belvédère, deux autres se reposent dans les pierriers plus bas.

Le sentier devient plus raide après le carrefour permettant d'accéder au col de Fenestre. Jean-claude et moi trempons les chapeaux dans l'eau bien fraîche qui ruisselle de la pente. Il fait chaud et cela fait du bien. Le raidillon avalé nous débouchons au Pas de Ladres où nous croisons un couple en pause.

C'est ici que nous faisons une bonne pause fruits secs/thé chaud. Très belle vue sur le vallon qui redescend sur le Boréon via le lac de Trécolpas. Ce lac est facilement reconnaissable avec son petit ilot caractéristique.

Un randonneur monte en direction de la cime de l'Agnelière (2700m) donnée en 01h depuis le pas. Après cette pause, nous partons en direction du col de Fenestre. Le sentier est bien marqué. D'ailleurs nous croisons un jeu homme avec son pot de peinture jaune et son pinceau. Il ne traine pas entre les pauses peinture et trottine sur le sentier.

Le sentier redescend sur quelques lacets avant de déboucher en courbe de niveau juste sous le col. Les blockhaus semblent occupés par la faune locale ! Quelques bouquetins broutent tranquillement à l'écart de le foule du col.

Il y a pas mal de monde au col (2474m), point culminant de notre journée, caractérisé par la présence d'un petit blockhaus.

Une plaque commémorative rappelle que par ce col, en septembre 1943, des centaines de juifs de toute l'Europe ont cherché, souvent en vain, de se sauver des persécutions antisémites ! Juste sous le col un vieux casernement militaire est lui aussi occupé par les bouquetins. Ils y trouvent l'ombre, l'abri recherchés. A l'intérieur, nous en dérangeons un occupé à lécher le salpêtre des murs !

Après cette incursion italienne (le col marquant la frontière – présence d'une borne), nous redescendons sur le lac de Fenestre afin de manger. Nous croisons encore quelques bouquetins peu farouches et habitués à être photographiés sous tous les angles.

Il fait frais au lac, et nous mettons une petite laine. Jean-claude fait une rapide trempette des pieds … très rapide ! Le ciel se couvre comme prévu. Après une heure de pause il est temps de redescendre. Nous recroisons le « marqueur » à la recherche de son pinceau que nous avions bien vu au milieu du sentier un peu plus haut !

Un petit crochet par la chapelle et nous voilà à la voiture. Fin de cette ballade qui encore une fois nous a rappelé de bons moments.

Partager cet article
Repost0

Accueil