Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dernières Infos

 

       

Prochaine sortie :

A définir

   Date(s) à retenir :

Du 08 au 15 avril

Séjour à Cervières (05)

 

 

 

  

 

 

Recherche

Pour nous écrire :

Vous êtes le visiteur n°

9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 21:15
P1968.jpg

On retrouve le Vercors et le village de Gresse pour cette randonnée en raquettes. -2° au thermomètre de la voiture, mais le soleil est déjà à l'oeuvre, et nous n'avons qu'une petite sensation de fraîcheur.


La mise en route est progressive. La gelée nocturne nous permet dans un 1er temps de progresser sans les raquettes. Les pistes de fond empruntent l'itinéraire initialement prévu ! Un itinéraire piéton/raquettes, à travers bois nous amène au « pas du bru », puis à une route forestière. Ce n'était pas tout à fait le chemin convenu mais qu'importe. Une petite grimpette en forêt nous conduit au dessus de la route du col de l'Allimas (1352m).


Au col, le majestueux Mont Aiguille se dresse face à nous. Ce « Mont Inaccessible » est considéré comme le berceau de l'alpinisme. Sa 1ère ascension remonte à 1492. Date rendue célèbre par un autre colon (Collomb) !


C'est l'érosion qui l'a détaché du reste de la crête. Il se dresse seul rattaché par un col au restant de la crête.


Même si il est par moment chapeauté de quelques nuages les appareils photos sont de sortie. Ensuite, une longue traversée nous ramène sur la route du « Pas du Serpaton ». Puis par une sente (peu visible) nous débouchons à une petite cabane au milieu de l'alpage.



La vue y est superbe : le Mont Aiguille, l'Aiguillette (ou Petit Veymont), le Grand Veymont, le pas de la Ville, puis toute la crête rocheuse, Petite et Grande Moucherolle et bien au-delà !


Il fait frais à l'intérieur de cette petite cabane et tellement bon dehors que nous sortons la table pour manger au soleil.

La crête du Serpaton est très fréquentée par les randonneurs à ski et à raquettes.  Mais la quiétude des lieux est réelle.


Après le café, après avoir pris soin de refermer la porte convenablement nous redescendons sur la route puis remontons un peu la route avant de plonger dans une combe sur Gresse.


Bilan : Une très belle journée une fois de plus. Une randonnée peu difficile, environ 540m de dénivelé qui offre des points de vue magnifiques sur cette partie du Vercors.

 

 

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2008 7 28 /09 /septembre /2008 12:34

 

Le gîte est réservé au « Sapin Bronzé » situé au village forestier de Lente. Jean-Claude, Pierrette et moi partons avant pour la prise en compte des clés vers 17 heures 00. Nous partons ensuite directement sur le site de brame. Le temps est déjà incertain ! Brumes et brouillards donnent au lieu un air mystérieux mais laissent supposer que l'observation des cervidés va être difficile.

 

Il y a du monde sur le site mais les amoureux du site respectent le silence et la discrétion pour cette période importante pour le cerf. Le brame est lancé dès notre arrivée. Les mâles se répondent aux uns et aux autres par des brames impressionnants. Il fait frais et l'humidité nous glace.

 

Vers 20 heures 00, nous sommes rejoints par Mick, Karène, Dylan, Séb, Séverine, fred, fabienne et Etienne. Il y a du monde pour cette sortie prévue de longue date. Les enfants sont comme les adultes impressionnés par la puissance vocale des brames. Malheureusement la nuit tombe très vite, et le brouillard ne permet pas de profiter de la luminosité de la lune. Nous sommes dans le noir complet et nous ne pouvons pas nous déplacer sur le site sans frontales, ce qui peut déranger les animaux.

 

Vers 21 heures 30, nous reprenons nos voitures et rentrons au gîte. Nous répartissons les chambres en deux groupes : les lève-tôt réveil 05h30 pour le brame et ... les autres.

 

Nous ne nous éternisons pas pour aller nous coucher. Le réveil est difficile pour le 1er groupe. Mais le ciel totalement dégagé, magnifiquement étoilé nous motive. Un petit café vite avalé et nous voilà sur le site ! Il fait encore nuit noire mais le brame a déjà commencé. S'est-il arrêté durant la nuit ??

 

C'est beaucoup mieux que la veille. D'abord auditif, avec le jour qui se lève le spectacle devient visuel et grandiose. Des biches affolées par les cerfs, des cerfs occupés à ameuter les femelles et à faire savoir au voisin qu'ils sont bien là et prêts à en découdre. Jean-claude et Fred ont même la chance de voir un combat entre deux mâles. L'un des deux beaucoup plus petit, a préféré fuir devant la difficulté et la supériorité physique de son adversaire.

 

Nous repassons par le gîte récupérer le reste du groupe (les lève-tard) et prendre notre petit déjeuner avant de partir sur la station de ski de Fond d'Urle point de départ de la randonnée du jour.

 

La randonnée proposée dans la journée est balisée et intitulée « sentier du karst ». Il s'agit d'une belle promenade sur le plateau karstique (lapiaz, scialets...) dans un espace protégé : l'E.N.S. de Font d'Urle. C'est une très belle journée d'automne, le ciel est bleu azur, le soleil généreux. Ici le calcaire est roi. Mais le pastoralisme aussi. Sur ces alpages paissent des chevaux, des bovins et même des ovins.

 


C'est en bordure de falaises, dominant la forêt domaniale de Quint, que nous pique-niquons assis sur une pelouse épaisse.

 


Dans les éboulis, 200 mètres sous nous, nous observons des mouflons. La harde est importante, peut être une dizaine de membres. Les mâles sont facilement reconnaissables avec leur « selle » et leurs cornes impressionnantes. Quand trois chiens de chasse apparaissent dans le vallon, la harde prend vite de l'importance. Des animaux sortent de partout. Jean-Claude en dénombre 29 ! Les bêtes sont stressées par les chiens et se regroupent au pied de la falaise. Avec les chiens juste derrière elle, la harde se séparent en plusieurs groupes.

(Vidéo prise par Pierrette)

Nous pensant un moment que les chiens allaient faire remonter le troupeau sur le plateau juste devant nous ! Mais malheureusement pour nous (et nos photos ou films) les mouflons trouveront refuge dans la forêt.

C'est dans le ciel que nous portons alors nos regards. Des vautours fauves nous survolent quelques instants avant de disparaîtrent de nouveau. Ces oiseaux ont une belle envergure : jusqu'à 2m80 ! Ce qui permet de les observer même sans jumelles.


Séb escalade un scialet ouvert offrant une vue sur la vallée de Quint.

Nous poursuivons la randonnée sur la crête jusqu'à la porte d'Urle. Nous surprenons depuis notre belvédère une harde de chamois sur une sente ensoleillée impossible d'accès. Ils sont gênés par notre présence et partent trouver un peu de tranquillité un peu plus loin.

 

Le sentier est aménagé, un peu plus loin, d'une main courante pour descendre dans une crevasse calcaire. Mais nous sommes un peu pressés pour tester cet itinéraire.

 

Nous retrouvons rapidement les voitures laissées devant l'hôtel.

 

Un éco-garde de l'E.N.S. nous soumet un petit questionnaire sur l'aménagement du site, sur la lisibilité des panneaux informatifs et leurs contenus. Il est temps de nous séparer.

 

Partager cet article
Repost0

Accueil