Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dernières Infos

 

       

Prochaine sortie :

A définir

   Date(s) à retenir :

A définir

 

 

 

  

 

 

Recherche

Pour nous écrire :

Vous êtes le visiteur n°

30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 15:21
 


Ce 29 mars 2008, le temps est exceptionnel, et la journée s’annonce divine. Nous sommes très nombreux pour cette randonnée : les habitués de longue date : Jean-Claude, Pierrette, Mick et Fred, ceux qui deviennent de vrais habitués : Séb et Séverine, une nouvelle Anne-Sophie et moi !!! 

Après la belle route qui chemine le long du canyon des Ecouges, nous arrivons au col de Romeyère, puis au foyer de fond de la station (fermée). Nous avons une vue sur le « domaine alpin » du col (3 téléski et 6 pistes). 

Il fait frais (4°C au thermomètre de la voiture) mais le soleil commence à faire son effet. Le départ est assez facile, on chemine sur la route forestière (raquettes aux pieds) jusqu’au lieu dit « la cantine ».

On prend alors plein nord, le sentier balisé « tour des Coulmes ». En une petite heure, et après deux ou trois petites montées on arrive au « Pas du Follet ». Dégustation de pruneaux, figues, bananes, hydratation… il fait chaud.

A travers la forêt de fayards, nous parvenons à la « cabane Bonnard » (ruine que nous n’avons pas vu sous la neige !). Un sentier d’interprétation est mis en place et de nombreux panneaux explicatifs renseignent sur les techniques de charbonnages, les bûcherons ….

Nous pouvons voir un spécimen de four métallique qui permettait d’accélérer la fabrication de charbon de bois (par rapport à la méthode traditionnelle, séculaire, de la meule). 



Un peu plus loin, nous rattrapons la route forestière du « Mont Noir », nous la quittons immédiatement et privilégions la « descente » par le lieu dit « les gélinottes ». Un dernier effort et nous sommes enfin arrivés au refuge du « Serre du Sâtre ».
 

 

 


La belle table, au pied du refuge semblait n’attendre que nous !! Il est l’heure de reprendre un peu de force. Nous sommes en plein soleil, dans le calme absolu, du grand bonheur.  

Après quelques digestifs tirés de nos nombreuses flasques, il est grand temps de repartir : 14 heures 20. La mise en jambes est difficile. Nous serions bien restés assis à cette table.  


Nous descendons sur « le chargeoir ». La route est déneigée jusqu’ici. Puis le hameau des Ailes. Nous avons repris « le tour des Coulmes ». Il est joli le sentier qui suit (plus ou moins) la courbe de niveau. La vue a changé, nous pouvons admirer les gorges de la Bourne, et ce qu’il nous semble être le plateau de St Julien et St Martin en Vercors. 
 

Les chutes de neige de ces derniers jours ont recouvert le chemin, et l’ont rendu guère praticable. Avec la chaleur, la neige c'est ramollie, c’est un peu galère. Nous privilégions la marche sans les raquettes.
 

« Les Rieux », puis la route au dessus « des Rimets ». Au carrefour, nous faisons le point car il y a possibilité de redescendre directement sous le col de Romeyère.  Mais ma proposition n’intéresse personne !!!

Nous poursuivons sur la route déneigée jusqu’ « aux Prés ». Nous rechaussons les raquettes pour finir cette dernière partie jusqu’au parking (encore une petite heure).



 Bilan :

      - Très très belle journée, les conditions météorologiques ont été exceptionnelles. 
-  Randonnée assez longue (16.5 km) de l’avis de tous à privilégier l’été. 
-  Une belle thématique sur l’exploitation forestière


Finalement j’avais annoncé 450 m de dénivelée positive mais les cumuls affichent 570 m à l’altimètre de Séb !!!!

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 mars 2008 1 24 /03 /mars /2008 20:13

   pravouta-012.jpg
La météo était pessimiste et c'est après une longue consultation des cartes, que j'ai proposé de rester sur le massif de Chartreuse, et de randonner du côté du habert de Pravouta.

Le rendez-vous est pris pour 08 heures, ce lundi de Pâques. Il y a Séb, Jean-Claude, Pierrette, Mick et moi.

Il neige mais la route entre St Laurent du Pont et St Hugues est relativement bien dégagée. Nous chaussons les raquettes au dessus du hameau de Brévardière, sous La Perelle.

Nous privilégions le sentier (balisé raquettes) plutôt que la route du col du coq. Ce petit sentier est raide. Nous rattrapons plus haute la route que nous traversons pour progresser en sous bois. Nous resortons sur la route et empruntons le joli sentier qui traverse la pessière et nous fait déboucher aux pieds des téléskis de feue la station du col du coq !

Il y a bien une trace d'un skieur mais il faut quand même brasser dans une profonde poudreuse. Les cuisses chauffent. Nous poursuivons sur la route avant de prendre la route forestière sur notre gauche avant le chalet. Séb se propose de faire la trace. C'est avec grand plaisir que je lui laisse ma place. (il me l'a vite rendue mais merci quand même Séb !!!)

pravouta-001.jpgA l'entrée de la forêt de l'Ocèpé, nous prenons sur notre droite, la belle pente défrichée aux allures de pistes de ski. Nous croisons d'ailleurs trois premiers skieurs à la descente.

Un peu plus haut au milieu de la prairie, un panneau indicateur : le habert de Pravouta : 20 minutes. Les conditions sont de plus en plus difficiles. Le brouillard, les bourasques de neige, le froid... et cette quantité de neige à brasser. Cette fois c'est Mick qui se colle à la trace. On utilise celles des skieurs même si ils ont fait peu de virages et tiré un peu trop droit dans la pente à notre goût !!!

Encore deux skieurs qui redescendent. Un coup d'oeil à l'alti : 1665 m. Le habert est côté 1605 m sur la carte. Dans cette purée de pois difficile de le voir. On cherche, on brasse et enfin on parvient à le retrouver. Un coup d'oeil derrière pour ne pas perdre Jean-Claude et Pierrette. Encore une petite descente et nous y sommes.

C'est apocalyptique ! Je vais quand même faire deux photos des aménagements au nord du habert en vue d'interdire la zone d'hivernage de tétras aux skieurs, randonneurs... avant de venir m'abriter.

pravouta-006.jpgDes piquets, une corde, un panneau matérialisent les limites de la zones. Nous sommes ici dans un ENS (propriété du Conseil Général de l'Isère) et un important effort d'information, d'explication dans le habert est présent. Le habert d'ailleurs restauré en 2006, et ouvert, propre et chaleureux .... au début car au bout d'une heure on commence à avoir sérieusement froid (malgré la poire et la crapaudine).

Il est temps de repartir. Toujours autant de neige à brasser. Nous prenons au ras de la forêt et il n'y a pas de trace... et bizarement personne ne se propose de me relayer !!! On croise deux couples de personnes âgées en ski de randonnée.

pravouta-013.jpgOn rattrape la piste forestière, on s'enfonce dans la forêt de l'Ocèpé sur quelques mêtres avant de prendre à gauche un petit sentier indiqué. A travers épicéas, sapins, ifs, fayards  ... chargés de neige, nous cheminons en lacets jusqu'à rattraper la route du col du coq.

Pour la suite, même sentier qu'à la montée pour redescendre à la voiture.

Bilan : Très belle randonnée. Très physique à cause des accumulations de neige, probablement plus de 60 cm vers le habert !!!

Partager cet article
Repost0

Accueil